Danino GARNAULT

Pas de commentaire

répond à mes questions.


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Quand j’étais ado, j’ai juste composé quelques poèmes quand j’étais au lycée. À l’époque, c’était plus pour moi que pour montrer aux autres. La preuve, je ne l’ai fait que rarement, uniquement avec des personnes très proches. J’ai commencé à réellement écrire à l’âge de 49 ans, comme quoi il n’est jamais trop tard pour se lancer de nouveaux défis dans la vie. Et je m’éclate à inventer des histoires plus ou moins farfelues.


Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

J’ai participé à un concours de nouvelles sur un groupe de lecture, enfin une personne m’a quelque peu forcé à proposer un texte car je ne voulais pas. Finalement, elle a eu raison et je lui en suis éternellement reconnaissant. Ceci a été le déclic alors qu’au fond de moi j’avais envie d’écrire depuis une bonne vingtaine d’années ( minimum).


Y a-t-il des manuscrits que vous avez écrits, mais qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Non, excepté mes poèmes d’avant mais qui ne le seront jamais tout simplement parce que je ne le souhaite pas.


Être écrivain, c’est plus un métier ou une passion ?

C’est devenu une passion. Quand on commence, on a tout le temps le cerveau qui cogite, on s’invente plein de trucs, ça bouillonne jusqu’au moment où se produit le déclic pour commencer à écrire l’histoire. Heureusement que ce n’est pas mon métier car je ne mangerais pas tous les jours. Je serais obligé d’aller lécher les doigts des gens dans les restaurants pour me nourrir.


Avez-vous d’autres passions que l’écriture ?

Ma première passion est la lecture, je dévore les livres depuis que je suis gamin. J’ai commencé à m’intéresser aux bouquins depuis que je sais lire et je n’ai jamais arrêté.

Ensuite, je dirais que j’ai juste des plaisirs simples que j’apprécie faire et partager avec ma famille et des amis.

J’aime aussi le sport mais je pratique beaucoup moins qu’avant. Je prends quand même énormément de plaisir à jouer au hand-ball. Ça fait un bien fou de se défouler sur le terrain.

J’ai une passion toute particulière aussi envers moi, je m’aime, je m’adore, je me vénère… Je plaisante bien sûr.


Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d’auteur ?

Le meilleur côté de l’écriture est que tu es libre d’inventer tout ce qu’on veut. Il y a un côté euphorisant que j’aime beaucoup. C’est vraiment le pied !

Le mauvais côté est quand tu n’arrives pas à poser les mots justes pour exprimer ce que tu as dans la tête. Tu peux rester de longues minutes devant ton écran sans que ça veuille sortir, tu butes sur un mot, une situation et tu te sens bien seul… Heureusement pour moi, ça ne m’arrive pas très souvent et je croise les doigts pour que ça continue.


Quelles sont vos habitudes d’écriture (lieu, moment de la journée, en musique) ?

Je me suis aménagé mon petit coin dans mon appartement. J’écris sur un vieux bureau hérité de ma maman. Il n’a qu’une valeur purement sentimentale mais j’aime y être installé.

Sur cette table, en plus de mon ordi, j’ai à portée de main un pot rempli de stylos et de marqueurs ainsi que le livre de Stephen King « Ecriture, mémoires d’un métier ».

Pour écrire, je bois beaucoup de café et aussi de temps en temps du thé car j’écris le plus souvent le soir ou la nuit. Il m’arrive aussi de siroter un bon whisky tourbé si je tape sur le clavier en fin de journée.

Je mange pas mal de bonbons aussi, surtout des Dragibus (trop!!).

J’ai tout le temps des écouteurs sur les oreilles. La musique m’aide à coucher les mots. Certains chanteurs m’inspirent beaucoup et reviennent souvent dans ma play-list. Je peux même écouter la même chanson trente fois de suite.


Quel est votre process d’écriture ? (plan, improvisation, recherches)

J’adore l’improvisation alors je peux très bien écrire une histoire en ne connaissant que le début et la fin. Entre les deux, le chemin est une totale découverte !!! Je ne fais pas de plan, mais je prends des notes pour un nom, un trait de caractère, un mot, une situation, une expression…

Je me repasse tellement l’histoire dans ma tête, jour et nuit, que le plan finit par se dessiner dans mon esprit. Après, pour ce qui est de s’y tenir, c’est une autre histoire.

Par exemple, pour Pulsions, je n’ai absolument pas fait de plan. J’y suis allé en free-style.

Pour Fulgurances, j’ai procédé différemment. J’avais juste fait un grand panneau que j’avais accroché au mur. Je gribouillais dessus et mettais des flèches dans tous les sens. C’était un peu le foutoir mais je m’y retrouvais

À contrario, pour mon prochain écrit qui devrait bientôt sortir, dont j’ai la trame dans les méandres de mon cerveau depuis trente ans environ, là j’ai fait un plan. J’ai souhaité en faire un car j’avais envie d’un récit sobre, mais structuré, car il est vraiment spécial pour moi. Je pars dans un domaine bien particulier et intime.

Et pour le retour de Tata Bergamote, je ne sais pas encore comment je vais écrire. Je peux juste te dire que je prends en ce moment des notes sur des faits, des expressions, des personnages.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments où l’inspiration ne vient pas ?

Je trouve mon inspiration partout. Ça peut être dans la rue, en ville, dans la campagne, en regardant des gens, en entendant une phrase. Je suis de plus en plus aux aguets et j’observe beaucoup.

J’aime aussi quand une personne de mon entourage me suggère plus ou moins volontairement une idée, une situation, un fait que je pourrais explorer.

Mes lectures aussi doivent m’influencer de temps en temps je pense.

Il y a aussi bien sûr l’actualité et les faits divers qui peuvent donner quelques idées.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Certaines histoires sont purement imaginaires, d’autres sont plus ou moins réelles.

Parfois, il peut y avoir un scénario purement fictif mais je m’amuse à glisser un personnage, une situation, un lieu qui sont eux bien réels. j’avoue que j’aime bien glisser une part de vrai dans mes écrits.


Quel est le livre qui a été le plus difficile à écrire ? Et le plus simple ?

Bon, déjà, je n’ai pas écrit cinquante mille trucs hein !

En toute honnêteté, le plus difficile à écrire a été Fulgurances pour des raisons personnelles. J’avais même jeté à la poubelle la première ébauche. Et puis j’ai recommencé… Je crois que j’ai bien fait.

Pulsions a été pour moi très facile à écrire car je me suis beaucoup marré en écrivant. J’ai eu vraiment des barres de rire, au point de devoir m’arrêter.


Avez-vous une préférence pour l’un des romans que vous avez écrits ? Si oui, lequel et pourquoi ?

J’aime tous mes écrits, même si ce ne sont pas des trucs qui révolutionnent le monde de la littérature (je n’ai aucunement cette prétention), car ce sont les miens.

De mes débuts avec Contrastes à Roland qui va sortir en début d’année 2021 je peux mesurer les quelques progrès que j’ai pu faire. Il y en a encore beaucoup à faire pour ma part mais c’est ce qui me plaît et qui me booste.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Oui, une fois, pour me lancer dans l’élaboration de plats cuisinés comme le pot-au-feu au hareng, le couscous de saumon au sirop d’érable. Mais on m’a gentiment fait comprendre que c’était perdu d’avance. Du coup, je continue d’écrire.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Je fais revenir ma flic borderline Tata en 2021 pour une nouvelle enquête du côté d’Auxerre. Ensuite, je vais me lancer dans un truc noir, bien glauque où on ne va pas vraiment sourire. Je compte aborder un sujet qui me tient à cœur. Je ne supporte pas qu’on fasse du mal aux enfants, qu’on touche à l’innocence.


Un dernier commentaire ?

Je tiens juste à te remercier. Rien de plus.

Ah si !!! Lisez, lisez et lisez encore.

Et vivement les salons qu’on se retrouve entre lecteurs et auteurs, car ça me manque énormément ces moments.


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s