Cyril CARRERE

Pas de commentaire

répond à mes questions.


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Bonjour Elodie, et bonne année 😊

Pas du tout ! Je n’y ai jamais pensé sérieusement avant de publier mon premier roman, à vrai dire. Je me considère toujours comme un lecteur assez fou pour se lancer et partager ses écrits. J’ai commencé à écrire ado, surtout des fan fictions et de courtes intrigues avec un mystère à résoudre.


Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

J’ai toujours eu envie de coucher sur papier toutes les histoires qui me passent par la tête, je dirais donc que c’est plutôt naturel. Par contre, côté thriller, c’est Maxime Chattam qui m’a donné envie de me lancer, grâce à sa Trilogie du mal.


Y a-t-il des manuscrits que vous avez écrits, mais qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Non, par contre j’ai un « réservoir » d’idées que j’ai développées et qui pourront devenir des romans avec un peu plus de travail. Sinon, j’ai récupéré en 2020 les droits de mon premier roman publié, Le Glas de L’Innocence. Je réfléchis à une réédition.


Être écrivain, c’est plus un métier ou une passion ?

Une passion avant tout ! Hors de question d’écrire sous contrainte (thèmes, délais…). J’ai un métier à côté et je continuerai à travailler, car c’est important de garder un pied dans la vie active.


Avez-vous d’autres passions que l’écriture ?

La lecture, le sport, les voyages, les nouvelles technologies, le cinéma et les séries… et la bonne bouffe, bien sûr ! 😊


Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d’auteur ?

Pour les bons côtés, je dirais le fait de pouvoir créer des histoires, des personnages marquants, de pouvoir partager ses écrits. Le côté recherches, interviews d’experts qui précèdent l’écriture d’un roman est également passionnant !

Pour les mauvais côtés, je dirais que, comme dans tout milieu, tout n’est pas toujours tout rose, c’est un fait. En écrivant, et surtout en partageant, on s’expose, donc il faut savoir faire avec.


Quelles sont vos habitudes d’écriture (lieu, moment de la journée, en musique) ?

Je préfère écrire chez moi, le soir/la nuit. Parfois le matin (relectures et corrections). J’aime écrire en musique (surtout les bandes son de films et séries) mais ce n’est pas obligatoire. Le silence me va très bien.

Il m’arrive d’aller dans des cafés, de m’exiler un peu. C’est toujours au feeling, en tout cas.


Quel est votre process d’écriture ? (plan, improvisation, recherches)

Pour mes premiers romans, j’avais une idée claire du ou des thèmes, de la scène d’ouverture et du final. Pour le Glas de l’Innocence, c’était le cas. Pour Grand Froid, c’est la fin qui m’est venue en premier et qui a conditionné le reste. Quant au Quatrième Rassemblement, ce sont mes personnages qui m’ont guidé. La complexité de l’intrigue a nécessité un plan plus détaillé. Tout dépend donc du roman sur lequel je travaille, en gardant à l’esprit que, quel que soit le plan, on finit par ne pas le suivre à 100%. C’est aussi ce qui rend le processus d’écriture aussi passionnant.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments où l’inspiration ne vient pas ?

Dans le quotidien, les news, les voyages, les lectures, les expériences de la vie… Le réservoir est infini. Il y a toujours de quoi s’inspirer et donc, pour moi, la problématique est inverse : il faut canaliser tout ça et ne pas courir tous les lièvres à la fois !


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Pour les faits réels, Grand Froid s’en inspire (je dis bien s’en inspire, j’ai pris un fait établi et imaginé l’intrigue tout autour, tout en veillant à sa crédibilité). Sinon il arrive que certains traits d’un personnage ou des situations données dans un roman soient tirés d’anecdotes personnelles.


Quel est le livre qui a été le plus difficile à écrire ? Et le plus simple ?

Tous ont été le fruit de beaucoup d’heures de recherches, de travail, de relecture… Aucun n’a été plus simple ou plus compliqué à écrire, ils ont tous leur histoire propre, impossible pour moi de les comparer sur ce plan.


Avez-vous une préférence pour l’un des romans que vous avez écrits ? Si oui, lequel et pourquoi ?

Pas spécialement, le Glas fait le pont avec ma vie au Japon, Grand Froid me rappelle mes débuts avec le concours VSD et Le Quatrième Rassemblement marque un tournant pour moi avec la publication chez Cosmopolis, et une ambiance très spéciale, dans la veine de Fargo (des frères Coen) que j’adore). Allez, si je me mouille un peu… Je dirais le Glas de l’Innocence, parce que c’est mon tout premier et que l’atmosphère de ce roman est particulière.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Oui, ça m’est arrivé de penser à arrêter de partager mes écrits en voyant certaines choses… Mais ça aurait été dommage de reculer face à ça. C’est une passion avant tout. Pour ce qui est d’écrire, non, jamais, ça fait partie de moi 😊.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Oui, je travaille sur mon quatrième roman, qui se déroulera sur deux époques très proches, dans la région Occitanie (où j’ai grandi) mais pas seulement… Je vise la fin de l’année/début 2022. Nous verrons bien 😊.


Un dernier commentaire ?

Merci Elodie de m’avoir proposé cette interview ! Longue vie à ton blog et à bientôt !


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s