Sergio LUIS

Pas de commentaire

répond à mes questions.


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Non pas quand j’étais petit. Mais j’ai vite eu le plaisir d’écrire. J’ai commencé à 15 ans à remplir un cahier de poèmes et de textes que j’ai toujours et qui ont été partiellement reportés dans « Clichés ». Je précise d’ailleurs que je suis toujours petit.


Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

J’en sais fichtre rien. J’ai juste très vite pris du plaisir à écrire. Sûrement l’envie de plaire autour de moi, c’est un peu pour ça qu’on écrit (beaucoup pour ça, je pense.)


Y a-t-il des manuscrits que vous avez écrits, mais qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Non, mais plein de débuts jamais terminés.


Être écrivain, c’est plus un métier ou une passion ?

Oulala Suis-je réellement « écrivain » ? Je trouve qu’il y a dans ce terme une noblesse que je n’ai pas, tu vois. Zola est un écrivain. Il est tellement puissant, tellement doué qu’il est un écrivain au sens « mémoire » de l’histoire des petits cons d’humains. Je suis un divertisseur. J’aime aller chatouiller les larmes rentrées. A ce titre, c’est forcément aujourd’hui une passion car j’ai un travail à temps plein à côté.


Avez-vous d’autres passions que l’écriture ?

Le foot…aille, je vais me faire plein d’ennemis. Mais il m’a accompagné tout petit, donc…Mes vraies passions, sinon, sont mes enfants, au sens littéral du terme.


Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d’auteur ?

Le mauvais sans aucun doute est un égo surdimensionné, que l’on voit partout sur les réseaux. (Ce que je déteste le plus d’ailleurs c’est la fausse modestie de certains qui en réalité ont un melon plus gros qu’une pastèque) Le bon c’est une sensibilité à fleur de peau.


Quelles sont vos habitudes d’écriture (lieu, moment de la journée, en musique) ?

Aucun rituel. Je peux écrire avachi dans mon canapé ou bien installé dans mon bureau.


Quel est votre process d’écriture ? (plan, improvisation, recherches)

D’abord une idée, comme un flash. Quand j’ai écrit Théo ou le pouvoir de Dieu, tout est venu d’un soir où je rentrais du boulot et où je me suis arrêté devant un grand immeuble. J’ai levé les yeux et j’ai imaginé 2 personnes sur le toit. Le début de Théo m’est venu.

Ensuite, une trame avec des notes sur les choses-clés (personnages, lieux, dates…) Et pas mal de recherches pour que ce que j’écris soit cohérent. (Les lieux que je décris existent presque toujours réellement et je me tape parfois des heures d’investigation).


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments où l’inspiration ne vient pas ?

Mon inspiration est toujours dans tout ce qui se passe autour de moi, dans la vie réelle ou dans une fiction.

L’inspiration est parfois en panne sèche, comme en ce moment. Je n’arrive pas à avancer sur mon dernier roman depuis plusieurs mois, mais il y a de bonnes raisons.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Oui, je viens de le dire juste au-dessus. Tout ce que j’écris, c’est une forme d’exorcisme pour moi, de toutes mes peurs et de tous mes démons que ce soit sur les atrocités qui existent partout que sur les défaillances intimes des humains.


Quel est le livre qui a été le plus difficile à écrire ? Et le plus simple ?

Je ne sais pas. Théo a été rude car c’est un enfant battu. Je pense que ce sont plus des passages qui sont plus âpres à écrire, selon comment tu te sens. Les derniers chapitres de La Peur dans les veines sortaient de moi « au kilomètre » car je ne voulais pas perdre le fil nerveux. Et d’autres fois, il se passe 3 semaines avant que tu retouches un bouquin. Très variable, mais vraiment dépendant de ton état d’esprit.


Avez-vous une préférence pour l’un des romans que vous avez écrits ? Si oui, lequel et pourquoi ?

Non, pas moi. Mes lecteurs, oui. Théo et Il faudra bien que tu paies ont été très appréciés. Moi, je ne me relis pas. A écrire, j’ai pris un gros plaisir sur Plus rude sera la nuit et Il faudra bien que tu paies.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Impossible. Je tiens ça de papa qui m’a quitté cette année. Il a écrit des tonnes de poèmes toute sa vie. J’écrirai toujours, des livres ou pas.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Oui. Commencé il y a 18 mois et plus touché depuis douze mois. Je verrai. Il devrait s’appeler « Tu me seras fidèle ».


Un dernier commentaire ?

Je suis beau et talentueux.


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s