Céline BOURBON

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

Bonjour, je m’appelle Céline Bourbon j’ai 44 ans et je suis secrétaire de mairie dans un petit village du Cantal.


Vouliez-vous devenir écrivaine quand vous étiez petite ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Pas du tout ! Quand j’étais petite je griffonnais des histoires pas bien intéressantes. En revanche, j’étais une très grande lectrice.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

J’ai commencé par écrire mon journal pendant ma cure de sevrage à l’alcool il y a sept ans maintenant et depuis je ne m’arrête plus.


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Oui. Ce journal que j’ai publié se termine à la sortie de cure. J’ai écrit encore pendant six mois presque tous les jours. J’ai hésité, puis il est resté dans mon tiroir.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

Un plaisir passionnant.


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Les bons côtés sont de se plonger dans une histoire, vivre avec ses personnages, créer des lieux en visiter d’autres. Voyager, quoi.

Les mauvais, trouver du temps. Parfois aussi les histoires sont si prenantes qu’il est compliqué de revenir à la réalité et de sortir vraiment indemne d’un récit.


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

Pas vraiment. Mais j’aime écrire tôt le matin quand la maison est encore calme. Pour le dernier, qui se passe dans un festival de musique, j’écoutais les concerts po5me mettre dans l’ambiance.


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Aucun ! J’écris l’histoire comme elle me vient et quand l’envie d’écrire me prend.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments où l’inspiration ne vient pas ?

Je ne sais pas. Les histoires s’imposent à moi et je les suis. Souvent, j’écris les scènes dans ma tête la nuit et je les retranscris le lendemain. Je ne cherche jamais à écrire à tout prix. Si je bloque, je fais autre chose jusqu’à ce qu’une idée vienne. Je n’ai pas le syndrome de la page blanche, car je ne me mets jamais de pression. Ça ne vient pas, tant pis, je fais autre chose.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Mes 2 premiers ouvrages sont des témoignages. L’un, le journal que j’ai tenu pendant ma cure de sevrage alcoolique et le deuxième un bilan 18 mois après où j’explique comment cela se passe après la sortie.

La nature humaine et les histoires vraies me passionnent, car souvent la réalité dépasse la fiction. Mes deux prochains romans sont tirés d’histoires vraies. L’un sur le fiasco qu’a été un festival de rock et l’autre sur ma grand-mère qui a vécu l’exode pendant la 2nde guerre mondiale.  


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

Parce qu’ils sont fascinants ! Voir comment les gens réagissent réellement dans certaines situations, essayer de comprendre pourquoi, faire des recherches, tout cela est très intéressant.


Y’a-t-il un livre qui a été plus difficile à écrire ? Et un plus simple ?

Le plus difficile, le tome 2 d’Espinadel qui n’était pas du tout prévu au départ. J’ai mis du temps à trouver une suite cohérente. Le plus simple, sans hésiter « No Man’s Land’99 « . Je l’ai écrit d’une traite en 9 jours car l’écriture venait toute seule. C’est la première fois que cela m’arrive et certainement la dernière.


Avez-vous une préférence pour l’un de vos romans ? Pourquoi ?

Espinadel. Parce que c’est mon vrai tout premier roman et que je me suis vraiment attachée à son héroïne.


Êtes-vous satisfaite du « succès » de vos livres ?

Plutôt. C’est certain, je n’en vends pas des milliers, mais les lecteurs sont au rendez-vous à chaque sortie et j’ai de bon retour. Comment ne pas être satisfait ?


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Pas du tout. Ce n’est vraiment qu’un plaisir et non un travail, alors, tant que j’y prendrais plaisir je ne m’arrêterai pas. Peut-être certains ne seront-ils jamais publiés, mais c’est pas grave.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

No Man’s Land’99, thriller qui sort le 4 octobre.

Le livre sur ma grand-mère que je peaufine avec elle et qui sortira, je l’espère, d’ici la fin de l’année (je n’ai pas encore le titre)

Et je vais reprendre l’écriture d’un thriller fantastique que j’ai déjà en tête.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

Ah bah, j’en ai déjà parlé plus haut. « No Man’s Land’99  » un thriller basé sur des faits réels qui sortira le 4 octobre 2021. Premier essai en autoédition pure et dure. Une histoire qui est venue à moi en lisant un article sur internet. J’ai ensuite fait beaucoup de recherches (lu d’autres articles, regarder des vidéos, regarder les concerts). Une fois que je me suis bien imprégnée de tout ça, l’écriture s’est faite en très peu de temps. C’est un livre duquel je ne suis pas sortie indemne, car il est assez violent et j’ai vécu avec mes personnages intensément pendant cette écriture.


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? Proposez-vous des services presse pour faire connaître vos romans ?

Je parle avec tous ceux qui m’envoient des messages ou autre. Qu’il ait aimé ou non mon livre, il est toujours intéressant d’avoir les retours et ressentis des personnes qui lisent vos ouvrages. L’échange est quelque chose que j’apprécie beaucoup.

Oui, j’envoie quand je le peux des SP.


Etes-vous présente sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Oui. Très présente ! Trop d’après mon compagnon. Je gère un groupe sur Facebook et mon profil personnel. Je trouve cet outil très intéressant pour se faire connaître mais aussi pour tisser des liens forts parfois avec des personnes que vous n’auriez jamais rencontrées sans ça.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ?

Je suis une « fan inconditionnel » de Stephen King ! J’ai une grande étagère qui lui est dédiée dans ma bibliothèque. Sinon, je lis beaucoup de thrillers. Je peux aussi sortir de ma zone de confort, si l’auteur me donne envie.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

Aucun. Chacun a sa plume, son ressenti, sa vie qui fait que chaque écrivain est unique. Si j’écrivais le livre de quelqu’un d’autre, ce ne serait plus le même.


Avez-vous d’autres passions ?

Celle-ci me prends déjà beaucoup de temps. Mais j’aime beaucoup bricoler.


Un dernier commentaire ?

Je ne vois pas trop quoi dire d’autre. Ce fût un plaisir de partager ce moment avec toi et j’espère avoir donné envie aux gens de me rencontrer. Si ce n’est en vrai, vous pouvez toujours me joindre sur les réseaux sociaux. La vie est belle et il ne faut jamais l’oublier !


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :