Marc GOURAUD

répond à mes questions.


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Non, je rêvais d’être conducteur de dépanneuse, lol. J’ai commencé à écrire « sérieusement » très tard, un peu avant la cinquantaine, mais j’en ai toujours eu envie.


Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

J’ai toujours été plus à l’aise avec les écrits qu’avec la parole. Je me suis lancé en 2013 sans doute parce que j’en ressentais réellement le besoin.


Y a-t-il des manuscrits que vous avez écrits, mais qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Oui, jusqu’à peu j’avais un recueil de nouvelles qui dormait dans mes tiroirs, je ne l’avais jamais publié car les nouvelles ont du mal à trouver leur lectorat, mais j’ai sauté le pas et il est paru sous le titre « Histoires à dormir debout… ou à ne pas dormir du tout ».


Être écrivain, c’est plus un métier ou une passion ?

C’est une vraie passion mais j’ai bien sûr un métier en parallèle qui me permet de payer les factures.


Avez-vous d’autres passions que l’écriture ?

J’adore lire bien sûr mais je pratique aussi le modélisme auto radiocommandé depuis 30 ans. Je suis passionné de sport automobile et je voue un véritable culte aux 24 heures du Mans


Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d’auteur ?

Pour moi ce n’est pas un métier mais le plus difficile ce sont les relectures et corrections. C’est très long et fastidieux, au point que j’en arrive à chaque fois à ne plus pouvoir voir mon manuscrit en peinture.


Quelles sont vos habitudes d’écriture (lieu, moment de la journée, en musique) ?

J’écris le week-end ou pendant mes vacances, le matin, généralement dans mon salon et dans le silence le plus total possible. Je suis incapable d’écrire le soir ou en écoutant de la musique.


Quel est votre process d’écriture ? (plan, improvisation, recherches)

Mon principal process est que je n’en ai pas. Je pars souvent d’une simple

inspiration et je pose quelques idées en vrac sur une page blanche. Ensuite j’écris en me laissant porter sans savoir où je vais. J’ai souvent une idée de la fin de mon histoire mais il n’est pas rare qu’elle change en cours d’écriture.
Il m’arrive de faire quelques recherches mais là encore, en tant que lecteur, les auteurs qui étalent leur science dans leurs écrits me fatiguent, et je ne veux pas écrire quelque chose que je n’aimerais pas lire. J’écris pour embarquer mes lecteurs dans mes histoires, peu importe si tout ne colle pas à la réalité.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments où l’inspiration ne vient pas ?

L’inspiration me vient en écrivant. Comme je ne sais jamais où je vais vraiment, je suis toujours en plein doute et je me pose régulièrement des tonnes de questions dont la plupart se résolvent le matin dans mon lit avant de me lever.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Non, mes histoires sont des pures fictions. Comme dit plus haut les histoires qui s’approchent trop de la réalité ont tendance à me fatiguer. Mais il peut arriver qu’il y ait quelques petits bouts de moi par moment.


Quel est le livre qui a été le plus difficile à écrire ? Et le plus simple ?

Aucun n’a été difficile. J’aime tellement écrire que c’est toujours un pur moment de bonheur pour moi.


Avez-vous une préférence pour l’un des romans que vous avez écrits ? Si oui, lequel et pourquoi ?

Je les aime tous, vraiment. Mais si je devais choisir, je dirais « Le reflet du mal » qui est un thriller uppercut très très noir.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Non, surtout pas. Le jour où j’arrêterai, quelle qu’en soit la raison, c’est un peu de moi qui mourra.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Ohlàlà mais je n’ai que ça. J’ai un Feel Good/aventures qui se déroule au Nicaragua qui sortira cet été, j’ai également terminé l’écriture du retour de mon héroïne préféré Julie Fronsac que l’on peut trouver dans la trilogie « Les supplices de la passion », « La justice des fous » et « Lola ». Et je suis en cours d’écriture d’un nouveau thriller dont je ne peux bien sûr rien dévoiler pour le moment.


Un dernier commentaire ?

Merci à toi Elodie pour cette interview et merci à toutes mes lectrices et lecteurs qui me sont fidèles. Je suis toujours autant surpris que mes modestes écrits rencontrent autant de succès.


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :