MEURTRES EN GEVAUDAN

Pas de commentaire

Florence Metge

RESUME :

Plus de 250 ans après, et si la bête du Gévaudan était de retour ?

Juin 2017, Saint-Chély-d’Apcher.
Le corps d’une lycéenne est retrouvé en partie dévoré au pied de la statue de la bête du Gévaudan. Ce crime ne tarde pas à évoquer ceux commis dans la région par la mystérieuse créature, 250 ans auparavant.

Avril 2018.
Faustine quitte la région parisienne pour s’installer dans l’ancienne maison familiale en Lozère. Elle pensait réaliser son rêve : commencer l’écriture d’un roman et ouvrir des chambres d’hôtes. Pourtant, les cartons à peine défaits, une sinistre découverte brise son élan : le cadavre d’une jeune femme est déterré dans son jardin.

Existe-t-il un lien entre ces événements ? Qui sème de nouveau la terreur dans l’ancienne province du Gévaudan ? Et si la bête revenait hanter la région ?


Avis général

Et un service presse de plus qui me permet de découvrir une nouvelle auteure et un de ses romans. Celui-ci mêle une intrigue et des faits historiques, c’est d’ailleurs une chose que j’ai apprécié. Je ne connaissais absolument pas l’histoire de la bête du Gévaudan et ce livre permet d’en apprendre plus sur les légendes de cette région. J’ai aussi aimé passer un peu de temps avec Faustine, jeune femme qui a tout quitté pour ouvrir des chambres d’hôtes dans la maison familiale en Lozère. Elle aussi va s’intéresser à l’histoire de la bête du Gévaudan, c’est aussi grâce à cela que nous, lecteurs, nous en apprendrons davantage, et elle être directement confrontée aux différents meurtres établis dans la région. Se mêle à cela des histoires « d’amour » bien sure, il en faut toujours un peu… Même si ce livre ne présente pas tous les éléments qui m’animent d’habitude pour mes lectures, j’ai largement apprécié le lire, j’ai été captivée et je suis arrivée à la fin sans vraiment m’en rendre compte. La fin, elle aussi m’a satisfaite, ce qui n’est pas toujours le cas. Bravo donc à l’auteure pour ce roman très agréable que je vous recommande.


Les personnages

Le personnage principal, Faustine, est une jeune femme qui a tout quitté pour venir ouvrir des chambres d’hôtes dans la maison familiale en Lozère. Cette femme sait ce qu’elle veut, même si souvent elle doute, et elle devient très vite attachante. J’ai aimé suivre l’intrigue à ses côtés, l’auteure n’en a ni trop fait ni pas assez sur sa personnalité. Elle va être dans ce roman confronté à des événements imprévus qu’elle va devoir affronter. Réussira-t-elle à trouver la paix qui lui permettra de réaliser ses envies ?! En plus de Faustine, on retrouve différents personnages qui auront un rôle plus ou moins important dans l’intrigue, encore une fois c’est un bon mélange des genres, certains que l’on apprécie et d’autres qui se feront détester.


La forme

Ce roman est écrit d’une forme que je trouve particulière, mais ce n’est que mon ressenti. En effet, il mêle des faits qui se déroulent au moment de la narration, mais aussi des parties, souvent sous forme de paragraphes, qui vont nous conter des faits, ou plutôt des légendes, sur la bête du Gévaudan, qui est au coeur même de ce roman et qui fait donc partie intégrante de l’intrigue. Tout tourne autour de cela. On suit donc en parallèle une intrigue, des meurtres survenus sur différents moments antérieurs à la narration, et des parties avec des faits « historiques ». J’aurai plutôt penser que cela me dérangerai et finalement pas du tout, j’ai apprécié ce mélange car il est justement dosé. J’ai découvert avec ce roman la plume de l’auteure, et je peux dire que je l’ai appréciée, son écriture est simple mais parfaite.


Le fond

Faustine quitte sa vie parisienne pour venir s’installer dans la maison familiale en Lozère dont elle a hérité à la mort de ses parents. Elle souhaite y ouvrir des chambres d’hôtes, mais des événements imprévus vont lui compliqué la tâche. Le roman nous raconte donc son parcours en Lozère, ses rencontres plus ou moins bonnes, et pourquoi l’histoire de la bête du Gévaudan ressurgit après la découverte d’une série de meurtres que rien ne reliait au départ. Et pourquoi Faustine se retrouve mêlée à tout ceci ? Que va-t-elle découvrir en se penchant sur l’histoire de la bête ? Cette intrigue mêle faits actuels et historique, très intéressante pour ceux qui aiment les légendes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s