Daniel MARTINANGE

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

J’ai exercé plusieurs métiers, notamment pendant quinze ans celui de journaliste professionnel, et aujourd’hui j’écris à plein temps.


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

J’ai toujours voulu devenir écrivain. J’ai commencé à écrire (de la poésie) à quatorze ans.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

C’est, alors enfant, et adolescent, de lire la série du Club des Cinq, puis des romans d’aventure se passant dans l’Ouest nord-américain, comme Le Dernier des Mohicans, les livres de Fenimore Cooper, puis ensuite la série des Sherlock Holmes, de Conan Doyle, des romans d’aventures maritimes, puis Saint-Exupéry… C’est aussi de regarder des westerns. Gamin, je rêvais parfois d’être cow-boy dans un ranch, passer mes journées à cheval dans des paysages splendides, et le soir côtoyer des femmes mystérieuses à ombrelles… J’ai constaté plus tard que dans notre pays les débouchés dans ce métier sont assez restreints… Alors je me suis dit que je pouvais toujours écrire.


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

J’ai un roman de littérature générale (comme on dit…) encore inédit. La maison d’édition qui devait le publier, qui en avait déjà publié un, fondée et dirigée par quelqu’un que je n’hésite pas à qualifier de héros de l’édition, a hélas disparu.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

Cela a d’abord été une passion, et ensuite un métier.


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Je ne sais pas…


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

En règle générale, je travaille chaque jour, sauf le dimanche, chez moi à la campagne, dans mon bureau, dans le silence. Sauf, si la fenêtre est ouverte, avec souvent des chants d’oiseaux. Mais aucun oiseau n’a jamais lu ce que j’écris, ce qui est très dommage, j’aimerais beaucoup connaître leur avis…


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Non.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments ou l’inspiration ne vient pas ?

Je me tiens très au courant de l’actualité, et de ce que l’on nomme les faits divers. Mais je peux imaginer entièrement une histoire.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ? 

Les évolutions de notre société, du monde, leurs travers et les conséquences sur les individus, sont une inspiration, oui. Mais ce sont surtout les personnages qui sont issus de la réalité. On cherche souvent à nous étiqueter, à nous coller un label, comme pour nous localiser très précisément dans le champ social, à nous enfermer dans une gangue. J’aime bien les personnages libres, qui agissent et vivent en utilisant pleinement leur cerveau, avec une totale liberté, sans ingérence extérieure.


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

Souvent ce que je vois ou j’entends, dans l’actualité, certaines évolutions de notre société qui poussent à des situations extrêmes.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Je l’ai déjà arrêtée, assez longtemps, car je n’arrivais pas à faire ce que je voulais, et je m’y suis remis.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

J’ai un polar en cours, où l’on retrouve la même équipe d’enquêteurs. Sa sortie dépendra de mon éditeur.


Autoédition ou maison d’édition ? Pourquoi ce choix ?

Maison d’édition. L’éditeur professionnel a un œil neuf sur ce qu’il a accepté, il peut nous faire retravailler, nous indiquer ou nous faire sentir des voies intéressantes. Il y aussi les questions primordiales de diffusion et de distribution, de commercialisation, d’impact dans les médias et les réseaux sociaux.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

« C’est moi qu’il veut ! », un polar-thriller, est sorti en avril 2021 aux Editions Lajouanie. Il s’agit de disparitions d’adolescents, sur lesquelles enquête un groupe de la PJ. De nombreuses années auparavant, un inconnu a tué un enfant. Au fil du roman, des personnages surgissent, qui paraissent être mêlés à ces enlèvements, ou à d’autres événements dont on se doute qu’ils s’avéreront encore pires. Le sujet des disparitions ou enlèvements d’enfants m’a toujours marqué. Comme la propension de certaines personnes à développer des fantasmes, des obsessions.


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? De quelle manière ?

Il m’arrive d’échanger avec des lecteurs lors de séances de dédicaces, ou sur un réseau social, Facebook.


Etes-vous présent sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Oui, sur Facebook. C’est pour moi le plus simple d’accès, on peut par ce moyen toucher des gens très divers qu’on ne connaît absolument pas, et les échanges sont souvent très positifs.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ? 

Je lis essentiellement des polars, romans noirs, thrillers, et, de temps en temps, un roman qui n’appartient pas à ces genres-là. Je lis aussi pas mal de documents liés à l’actualité, et sur le monde en général.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

Il y en a beaucoup, pour la force de l’écriture, et ce qu’ils représentent. Par exemple : L’Étranger, d’Albert Camus, ou Désert, de Le Clézio.


Avez-vous d’autres passions ?

La nature. Je serais incapable de vivre loin de la nature. Je vis à la campagne, dans le Haut-Forez, une maison totalement isolée. Mes voisins sont une rivière, des forêts, des prairies, des flopées d’oiseaux, des chevreuils, je regrette énormément qu’ils ne parlent pas, ils auraient sans doute des choses très intéressantes à me dire.


Un dernier commentaire ?

Je suis, selon l’expression consacrée, très heureux d’être au monde et d’y voir clair… Pourvu que ça dure !


CONTACTER L’AUTEUR

Profil facebook : https://www.facebook.com/daniel.martinange


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :