LA COLLINE

L. A. BAILEY

Nombre de pages : 425

Date de parution : 08/10/2021

RÉSUMÉ :  » La Colline du crack, un monde à part aux portes de Paris. Dans cet enfer où errent les âmes perdues, un prédateur rôde.
Lorsque des prostituées sont retrouvées sauvagement assassinées, l’affaire est confiée au capitaine Lukas Drakovic du DRPJ. Avec son groupe, parviendra-il à mettre fin à cette folie meurtrière ?
À mi-chemin entre le roman noir et le thriller, inspirée de faits réels, la Colline est une descente vertigineuse dans une réalité brutale.
Parfois, les véritables coupables ne sont pas toujours ceux que l’on croit… »


Avis général

Wahou ! Voilà comment résumer ce livre en un seul mot. Je ne m’attendais pas du tout à ça ! A aimer autant les personnages, à m’attacher à eux, à aimer le fond de l’histoire comme sa construction, à ressentir autant d’émotions, bref tout ce qui fait un excellent roman ! On retrouve tout ça ici et c’est génial ! J’étais tellement triste de tourner la dernière page, j’en voulais encore ! Lukas, Anna je vous aime ! Vous et vos caractères bien spéciaux, mais tellement attachants quand même !

Même si j’ai trouvé le début peut être un peu long, une fois rentrée dans le vif du sujet, j’ai été happée par un suspense constant, à me poser des tonnes et des tonnes de questions, et même si j’avais deviné certaines petites choses, le plaisir du final ne fût pas amoindri. L’auteure a su parfaitement nous emmener où elle le souhaitait, nous faire passer ses émotions à travers sa plume simple mais si juste. J’ai déjà hâte de découvrir ses autres romans !

Pour finir, j’ai tellement aimé ce livre que j’ai lu les 400 pages en quelques heures seulement, il était inconcevable de remettre au lendemain la fin, il me fallait savoir à tout prix ! Attention roman addictif en vue !!


Les personnages

On a tout d’abord le capitaine Lukas Drakovic. Un homme au caractère bien spécial mais au cœur tendre. Je me suis tout de suite attachée à lui, à ce qu’il est, à son histoire. Mais il n’y a pas que lui dans l’équipe d’enquêteurs, il y a aussi Leah, à l’image de son supérieur, un caractère bien à elle, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et sait s’affirmer quand il le faut, mais avec un petit cœur tendre également. Et le dernier de la fine équipe, Rocco, qui est plus discret mais que l’on appréciera tout autant que ses deux collègues. Le trio « cliché » comme je l’appelle puisque l’on retrouve assez souvent cette hiérarchie mais attention, ça ne me déplaît pas pour autant au contraire, c’est un juste milieu parfait.

Et puis d’un autre côté, on retrouve Anna, une jeune maman célibataire, avocate, qui sait parfaitement gérer sa vie professionnelle et un peu moins bien la personnelle. Je l’ai trouvé très arrogante au départ, dans les premiers chapitres, je n’aimais pas ce qu’elle laissait paraître. Mais plus j’ai avancé dans l’histoire, plus j’ai appris à la connaître et quand les barrières sont tombées, je l’ai aimé autant que j’ai aimé Lukas. Oui j’ai kiffé grave ces deux personnages qui m’ont permis d’être à fond dans l’histoire.

Et puis tout autour gravitent différents autres personnages, certains que j’ai aimé, d’autres que j’ai détesté, mais il faut de tout pour construire une bonne histoire qui n’en serait pas une sans un minimum de « méchants ».


La forme

A part le début que j’ai peut être trouvé un peu long, une fois rentrée dans l’histoire, je n’en suis plus sortie avant la fin du livre. La plume de l’auteur est simple, efficace, la lecture fluide et agréable, un livre qui une fois ouvert ne se ferme pas avant d’avoir tourné la dernière page. Un roman addictif comme j’en ai peu rencontré jusqu’à maintenant, car il faut vraiment être à fond pour avaler 400 pages d’un coup ! Un exploit pour moi et donc rien que pour ça je félicite l’auteure de sa prouesse. Les chapitres nous permettent de faire des pauses, pour reprendre notre souffle dans une intrigue avec un suspense omniprésent, mais, à chaque paragraphe son rebondissement, ça ne s’arrête jamais. Tout ce que j’aime dans ce type de livre, ce n’est pas l’ennui, des émotions, de la peur, de la joie, des questions auxquelles on attend des réponses qui parfois tardent à venir et nous poussent à tourner et tourner les pages, encore et encore. 


Le fond

L’auteure nous plonge, sans vraiment nous submerger, dans un monde que l’on sait exister mais dont on ne veut pas se soucier. Celui de ces sans-abris qui sont contraints de tout pour vivre et pour se payer leur crack pour la plupart. Un sujet difficile mais parfaitement maîtrisé par l’auteur. On la sent vouloir être au plus proche de la vérité tout en nous proposant une fiction. Des jeunes femmes, prostituées et droguées, sont tuées et violées par un homme mystérieux. Lukas et son équipe vont tout faire pour mettre la main sur cet homme, et ils vont se rendre compte que les gens ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent être. Alors oui, l’auteure nous offre des meurtres sur un plateau, de la violence, mais aussi un peu (voir beaucoup d’amour) parce que ça fait du bien (même dans ce type de roman) et parce que ça rend toujours les sujets un peu plus faciles à digérer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :