LES MORTS INSIGNIFIANTS

GAËTAN BALLESTER

Nombre de pages : 240Date de parution : 14/10/2021Catégorie : Roman noir

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Paris est une capitale monstrueuse. Elle dévore et vomit ses habitants sur ses trottoirs, sans demander son reste. Cédric pensait pouvoir y vivre sa nouvelle vie… Sa rencontre avec Marion Müller, une dirigeante de friperie atypique, arrivera-t-elle à le sortir du trou à rat dans lequel il s’est enterré ?

La Grandeur n’a pas de prix.

Prostitution, ambition et richesse s’entrechoquent face à un passé sombre et au souvenir d’Amélia.


Avis général

J’avais déjà lu quelques récits de cet auteur que j’avais apprécié, c’est donc avec plaisir que je me suis lancée dans ce roman. J’y ai découvert Cédric, un personnage pour lequel je me suis rapidement prise d’affection. Ce jeune, débarqué à Paris, cherche par tous les moyens, je dis bien tous, à s’en sortir et avoir une vie digne de ce nom, en somme être quelqu’un de reconnu. Mais dans la vie, rien ne se passe toujours comme prévu, il va devoir faire face à de nombreuses épreuves. J’ai ressenti beaucoup d’émotions pendant cette lecture, et même pendant les moments les plus « joyeux », l’ambiance est restée pesante jusqu’à la fin. C’est vraiment le style que j’aime et qui me permet d’être vraiment à fond dans l’histoire et de ne pas m’ennuyer. Le seul petit bémol à relever, j’ai trouvé que la fin a été « bâclée », un peu trop rapide et c’est dommage, j’aurais voulu qu’elle soit exposée dans la même lignée que le reste du livre, on aurait eu droit à une fin explosive, je pense, et ça aurait pu être parfait.


Les perSOnnages

Toute l’histoire de ce roman tourne autour de Cédric, un jeune homme qui débarque à Paris avec l’objectif de devenir « quelqu’un ». Je me suis tout de suite prise d’affection pour lui, avec une vie loin d’être facile, il n’est pas épargné par les épreuves. J’ai été dans l’empathie du début à la fin, sauf quand j’ai compris. Malgré tout ce qui lui arrive, Cédric ne baisse pas vraiment les bras, même s’il a des moments de laissé-allé, ce qui est normal. J’ai trouvé que son histoire s’est arrêtée trop tôt, j’aurais vraiment aimé le suivre encore.


La forme

Une fois de plus, j’ai apprécié la plume de l’auteur, juste, simple et efficace. Il a su à nouveau me charmer avec ce roman, comme je l’avais été avec ses précédents récits, Gaëtan a du talent, c’est indéniable. J’ai apprécié les retours en arrière sur la vie de Cédric qui nous permet de comprendre son passé et pourquoi il en est là aujourd’hui, pourquoi il ne veut pas mourir dans l’indifférence la plus totale. Je n’ai pas du tout été gênée par les changements comme ça m’arrive régulièrement, non là, j’ai réussi à parfaitement suivre et ça a contribué au fait que j’apprécie ce livre. C’est toujours plus compliqué quand ce n’est pas le cas. J’ai aussi beaucoup aimé la présentation, qui est rare dans les romans, avec de belles images à chaque début de chapitre, on sent un travail très important pour rendre ce livre, le meilleur possible, un gros point positif à retenir.


LE FOND

Dans ce roman, Gaëtan aborde différents sujets. Déjà la difficulté existante pour de nombreux jeunes débarqués à Paris de s’en sortir, trouver du travail, un logement, arriver à vivre décemment. Certains y parviendront mieux que d’autres, c’est certain, et Cédric fait partie de ceux qui vont rencontrer de très nombreuses difficultés. Ensuite, il y a le sujet de la prostitution, mais pas comme celle à laquelle on pense tout de suite, non, celle que ces fameux jeunes vont utiliser afin de mettre du beurre dans les épinards, et qui va les aider à s’en sortir un peu mieux, ou pas. Et un autre sujet, moins abordé celui-ci, mais qui fait pourtant partie du fond de l’histoire de Cédric, c’est la difficulté à joindre les deux bouts de ceux qui pourtant nous nourrissent, les éleveurs, les agriculteurs. Et oui, on le sait, on les voit parfois se révolter, mais on n’en parle pas, et on continue de consommer toujours plus alors qu’ils sont de moins en moins rémunérés. Il fallait un peu de talent pour réussir à réunir tout ça dans un livre et en faire une histoire intéressante, et Gaëtan a su parfaitement le faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s