9339 ELSA STREET – DAVID FOURNIER


DIS-NOUS EN QUELQUES MOTS QUI TU ES ?

J’ai 40 ans et je suis artisan. Je suis cogérant d’une petite entreprise qui fabrique et pose des escaliers en bois. J’ai deux filles et ma conjointe a trois enfants. Nous faisons un remake de 7 à la maison.


PEUX-TU RÉSUMER TON LIVRE EN QUELQUES MOTS ?

C’est compliqué de répondre à cette question. J’ai toujours la crainte d’en dire trop et que les gens ne voient plus d’intérêt à lire ce bouquin. Pour faire simple, l’histoire se déroule à Detroit en 2002. La ville est désertée, beaucoup de maisons et de bâtiments publiques ont été laissés à l’abandon et les gangs se sont approprié des quartiers entiers. La suite, ce sont des rencontres inattendues et des évènements tragiques qui vont se succéder et changer le cours des choses.


À QUEL MOMENT AS-TU COMMENCÉ À TRAVAILLER SUR CE LIVRE ?

L’idée de départ m’est venue en décembre 2021 et je me suis vraiment mis à écrire à partir de janvier.


QU’EST-CE QUI T’A DONNÉ L’ENVIE DE L’ÉCRIRE ?

Sans être non plus un best-seller, loin de là, le relatif succès de Plus rien à perdre m’a encouragé à me lancer dans l’écriture d’un second roman. Je voulais écrire sur la ville de Detroit dont l’histoire me fascine, il ne me manquait que l’idée de départ pour me lancer. Et puis, un jour, j’ai eu un déclic.


POURQUOI AS-TU CHOISI CE SUJET ?

Ce sujet s’est imposé à moi de lui-même puisque j’avais décidé que l’intrigue se déroulerait à Detroit. Il faut savoir que depuis plus de vingt ans, cette ville est l’une des plus dangereuses des États-Unis et qu’on y dénombre des dizaines de gangs. Il était évident pour moi d’en parler et, sans que ce soit prévu à la base, c’est devenu le thème principal du roman.


COMMENT AS-TU CHOISI TES PERSONNAGES ? EST-CE QUE DES PERSONNES TE LES ONT INSPIRÉS ?

Detroit est majoritairement afro-américaine (plus de 80%), mes personnages le sont donc aussi. Ils ont tous des traits communs avec moi. Ce n’est pas du narcissisme, c’est tout simplement qu’il est plus aisé de procéder ainsi. Je veux dire par là que c’est plus simple de les faire réagir à des évènements de la même façon que je le ferais à leur place. Ils ont des valeurs auxquelles je tiens mais également, pour certains, un côté sombre et un peu flippant. J’essaye de créer des personnages auxquels les gens peuvent s’identifier, dans une certaine mesure. Pour leurs noms ou pseudonymes, je me suis largement inspiré de stars du basket ou de rappeurs américains.


COMBIEN DE TEMPS AS-TU MIS POUR ÉCRIRE CE LIVRE ?

J’ai l’impression d’y avoir passé un temps fou et, finalement, j’ai mis environ six mois. Ce qui n’est pas si long si l’on tient compte du fait que je ne pouvais y consacrer que quelques heures par semaine. Je dirais une dizaine en moyenne mais c’est une estimation, je n’ai absolument pas compté.


EST-CE QUE L’ÉCRITURE A ÉTÉ COMPLIQUÉE ?

Au début, non. Une fois que le plus gros des recherches est fait et que j’ai imaginé le plan dans ma tête, je dirais que la première moitié du récit a été assez simple. Et puis, le doute s’est installé. J’ai modifié la structure, changé le plan de départ, réécrit les premiers chapitres. Ensuite, j’ai commencé à avoir peur que le roman soit trop court. Il fallait étoffer le récit sans ajouter des passages superflus juste dans le but de gonfler le texte. Je n’aime pas lire, par exemple, des descriptions à rallonge. Comme me l’a dit une fois Noël Boudou : « Tout le monde se fout de la couleur des rideaux ». Je suis entièrement d’accord avec ça. Je devais trouver comment apporter plus à l’histoire sans faire de blabla inutile. Le plus compliqué, ça a été les retours de mes bêtas lecteurs. Ils m’ont tous fait des remarques pertinentes mais parfois contradictoires. C’est à cette étape qu’est arrivée la remise en question et le stress qui va avec. J’ai corrigé encore et encore en essayant de répondre au maximum à leur demande. Je suis persuadé que si je décidais de revoir le texte maintenant, je le modifierais encore !


SI CE LIVRE DEVAIT FAIRE PASSER UN SEUL MESSAGE, QUEL SERAIT-IL ?

Je n’ai pas cherché à faire passer un quelconque message avec ce roman ou à donner des leçons de vie. Je t’avoue n’y avoir même pas réfléchis. Peut-être que la véritable amitié est une chose précieuse et que quelques soient les épreuves que l’on doive affronter dans sa vie, il y aura toujours des gens sur qui nous pouvons compter.



OU TROUVER CE LIVRE ?

Amazon https://amzn.to/3os7Jsd et mon site internet : www.davidfournier-auteur.com

Formats disponibles : Ebook et broché

Une réflexion sur “9339 ELSA STREET – DAVID FOURNIER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s