Stéphanie GHIGI

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

Je suis une femme de 54 ans bientôt mise en invalidité puisque je ne peux plus exercer mon métier d’infirmière de bloc opératoire qui était ma passion. Par la force des choses, à cause de plusieurs pathologies chroniques invalidantes. Au terme d’une assez longue période, il a fallu que je me réinvente une nouvelle vie et c’est dans l’écriture que je me réalise pleinement aujourd’hui avec passion.


Vouliez-vous devenir écrivaine quand vous étiez petite ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Non, quand j’étais enfant je voulais être institutrice. J’ai commencé à écrire pendant ma carrière professionnelle pour aider mes collègues et futurs personnels de santé en réalisant des manuels dédiés à chaque spécialité chirurgicale où j’ai officié. De longs travaux de recherche très précis et documentés et très techniques.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

Ce qui m’a donné envie d’écrire « pour le plaisir » au départ, pour mon premier livre, celui de la fibromyalgie, qui n’est pas sorti en 1 er ce fut une nécessité, un besoin, un objet thérapeutique. Comme si je devais accoucher de ce 3 e enfant pour enfin pouvoir avancer et regarder l’avenir et aller de l’avant. J’ai repris ce manuscrit pendant 3 ans car le 1 er jet était très violent comme des crachats tant il y avait de la colère en moi. Puis, je me suis apaisée pour en arriver à un superbe résultat dont je suis extrêmement fière.
Maintenant je suis capable d’écrire pour le plaisir et uniquement par plaisir et ça me procure un bonheur infini.


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Oui, j’en ai fini deux. Je les garde encore sous le coude car je viens de faire 3 sorties simultanées chez un éditeur et une en février chez un autre éditeur, et une sortie en auto édition.
Donc, je pense que je vais me laisser un peu de temps mais je peu déjà vous dire qu’avant la fin d’année il y aura une nouvelle sortie en auto édition réservée aux enfants.
Les 2 manuscrits en attente sont une romance à suspense et un roman policier bien ficelé.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

C’est une passion puisque j’écris sans avoir la moindre idée de ce que je vends. Je ne suis éditée que depuis 2022 et j’ai plusieurs manuscrits en cours d’écriture ou en idée ! En tout cas, je ne vis pas de mon écriture !


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Les bons côtés sont que je suis une passionnée et que je ne m’ennuie jamais. J’ai toujours une nouvelle idée…je fourmille d’idées. Les mauvais seraient la communication, gérer les réseaux sociaux et publier partager sur des Groupes, c’est plaisant mais très prenant en terme de temps. Donc vous n’écrivez pas pendant tout ce temps !


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

J’écris allongée sur mon canapé en position demi assise, pour protéger mon dos et mes jambes. J’ai toujours un fond sonore. Tv ou musique. Rien ne me perturbe. Je suis dans mon histoire et j’écris. J’en oublie même de manger. Le matin le soir la nuit. Je n’ai pas d’horaire privilégié.


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Je suis quelqu’un d’intuitif. Impossible pour moi de faire un plan. J’ai mon idée de départ et je commence à écrire et je visualise dans ma tête les scènes et je les retranscrit. Ça peut paraître étrange mais ça coule très fluide ment comme l’eau d’un ruisseau. Les chapitres s’enchaînent au fur et à mesure et ainsi de suite.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments ou l’inspiration ne vient pas ?

Je trouve mon inspiration dans la vie de tous les jours, dans le quotidien, dans l’imaginaire, dans les faits divers…il ne faut pas aller chercher très loin pour trouver de jolies choses à raconter. Je n’écris pas de SF car je n’ai pas la manière imaginative de me propulser dans ce genre d’ailleurs. Et pourtant je peux écrire des nouvelles de genre SF mais avec un fond de réalité et de possibilité. Mes romans seraient qualifiés pour être dans la tendance, de Feelgood, et ça me va bien. J’aime la bonté et la bienveillance ! Et pour l’instant, je n’ai jamais connu en ces quelques années d’écriture, le syndrome de la page blanche.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ? 

Oui, parfois il y a des morceaux de réalité assortis de pure fiction et d’autre fois c’est fictif de A à Z.


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

Les sujets que j’aborde, que ce soit dans un roman, dans mon récit témoignage, ou dans une histoire pour enfant, sont toujours des thèmes qui me tiennent à cœur. Ou qui ont pour moi une importance telle, qu’il faut en parler. Je ne me vois pas aborder un sujet qui m’indiffère et en faire un livre. Ça me semble impossible.


Y’a-t-il un livre qui a été plus difficile à écrire ? Et un plus simple ?

Le plus difficile a été celui qui aborde la maladie. Le récit témoignage. Il a été long. J’ai écrit le manuscrit et je l’ai réécrit au moins 3 fois. Entre temps j’ai écrit mon premier roman. Un roman court, très facilement écrit, d’un trait et qui a trouvé sa place et son lectorat de suite. Un livre certes court mais un condensé d’émotions à l’état pur ! C’est cela qui a été relevé dans une article dans un magazine et dans plusieurs chroniques : Un jour je partirai ou les mémoires de Lady Swann O’connor. Celui-ci a été donc le plus facile avant que je ne reprenne le plus dur. Celui de La Fibromyalgie et que j’écrive en même temps le 2 e roman : Les six vœux. Ce roman que j’adore et qui ferait selon moi un merveilleux petit téléfilm ! Ou saga télé de l’été !
Et également au même moment le recueil de poésie, écrit au moment du confinement…


Avez-vous une préférence pour l’un de vos romans ? Pourquoi ?

Mon 3e enfant est mon récit témoignage car il retrace mon parcours de vie à travers la maladie et la renaissance vers la résilience et l’université des patients pour devenir patient expert et aider les autres malades pour qu’ils vivent mieux avec leur maladie.
Mon roman favori est : Les six vœux pour l’histoire a peine croyable qu’il raconte et parce que je la
trouve vraiment tellement pleine d’humanité ! Je me dis que si un réalisateur prenait la peine de lire ce livre il y trouverait peut-être du potentiel pour en faire un objet télévisuel magique !


Êtes-vous satisfaite du « succès » de vos livres ?

Je n’ai pas de visibilité encore sur mes ventes. Donc je ne peux pas vous dire. Mais je ne pense pas être célèbre encore sinon tout le monde m’inviterait sur les plateaux tv !


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Je ne me suis jamais posée la question. Je m’arrêterai le jour où je n’aurai plus d’envie ni d’inspiration.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Oui un projet en cours. À sortir en novembre.


Autoédition ou maison d’édition ? Pourquoi ce choix ?

En auto édition, à l’attention d’un public enfant. J’ai déjà testé l’auto édition, et je veux à nouveau
tenter l’expérience pour le public jeunesse. J’ai créé une collection.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

Mon dernier roman, Les six vœux est sorti début juillet. Il parle femme qui part en quête familiale à la recherche d’un frère jumeau duquel elle a été séparée à l’âge de 6 ans en étant adoptée par une famille sans cœur qui sépara la fratrie. Bien d’autres énigmes se greffent dans l’histoire qui se déroule dans la région niçoise et son arrière pays, et on découvre également l’univers culinaire de ce coin. Va t-elle retrouver ce frère si recherché ?


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? De quelle manière ?

Par les réseaux sociaux.


Etes-vous présente sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Oui évidemment. C’est la seule façon d’exister et d’essayer de se faire un peu connaître en partageant nos livres sur les réseaux sociaux. Les petits auteurs manquent cruellement de visibilité.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ? 

Oui j’aime lire, les feelgood et les bons polars ou thriller qui tiennent en haleine jusqu’au bout.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

Le parfum. Je ne sais pas comment à fait l’auteur pour pouvoir décrire aussi bien les odeurs avec
des mots dans un livre. En lisant j’avais l’impression de sentir, c’était vraiment impressionnant de vérité.


Avez-vous d’autres passions ?

Peinture, couture, créations en résine…j’aime beaucoup la créativité.


UN DERNIER COMMENTAIRE ?

Je suis quelqu’un qui aime s’exprimer, d’une manière ou d’une autre. L’écriture est pour le moment le meilleur moyen d’expression que j’ai trouvé pour faire passer des émotions. Quand vous êtes hypersensible c’est terriblement important de retranscrire les émotions et les sentiments.


CONTACTER L’AUTEUR

Profil facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100011422814175

Page facebook : https://www.facebook.com/stephanieghigi

Profil instagram : https://www.instagram.com/stephanieghigi/

Email : coquille2106@gmail.com


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s