H.c. Steenwood

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

Bonjour, j’ai 36 ans, j’habite dans le Pas-de-Calais et je suis la maman de trois filles.

Ancienne joueuse de MMORPG et de Rôle Play, j’ai toujours aimée inventer des histoires et vivre des aventures aux travers d’elles.

Je ne sais pas quoi dire de plus, je n’aime pas trop parler de moi, ce n’est pas vraiment dans mes habitudes.


Vouliez-vous devenir écrivaine quand vous étiez petite ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Alors non, pas du tout. Enfant, passionnée des dinosaures et de l’Egypte ancienne, je souhaitais devenir archéologue. Autant dire que les fouilles archéologiques n’ont pas grand-chose à voir avec l’écriture de romans.

Au lycée, je prenais plaisir à rédiger mes rédactions de français mais également celles de mes amies. Je me souviens d’une après-midi, nous étions quatre dans une petite salle de permanence du lycée que nous appelions « des boxs », ils ne pouvaient contenir que 4 à 6 élèves grand maximum. Donc, nous étions toutes les quatre dans un box et mes amies n’étaient pas inspirées par la rédaction que nous devions rendre le jour même. Durant cette heure, j’ai réussi à leur dicter à chacune une rédaction d’inspiration spontanée. Résultat, tout le monde est ressorti avec une note au-dessus de 16/20, nous avions trouvé ça vraiment amusant à l’époque.

J’ai commencé à réellement écrire à 34 ans. Mais je manquais cruellement de temps et ce n’est qu’un an après que je me suis dit « c’est maintenant ou jamais » et je me suis accordée du temps pour faire ce que j’avais envie. Et c’est ainsi que « L’Île du Croissant » a vu le jour en fin 2021.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

Comme dit dans la question 1, j’ai toujours aimé les MMORPG et j’y faisais du rôle play, c’est-à-dire que nous donnions vie à nos personnages, un peu comme des acteurs lors d’un film ou une pièce de théâtre. Avec l’âge, je n’ai malheureusement plus le temps pour ce type de jeu mais j’aime toujours inventer des histoires.

De plus, étant insomniaque, il n’est pas rare que je recrée l’histoire du film vu en soirée mais en le modifiant. Parfois en y ajoutant un personnage ou alors je me demande « et s’il aurait été méchant, ça aurait donné quoi comme fin ? » et c’est ainsi que des histoires naissent dans ma tête. Enfin, entre autres, il m’arrive également d’avoir des idées qui apparaissent sans même que je ne sache d’où elles peuvent sortir mais c’est généralement lors de mes insomnies

J’ai eu envie de les retranscrire par écrit pour mes filles car je souhaitais partager ces histoires avec elles et depuis que j’ai commencé à le faire, je ressens comme une délivrance. À chaque histoire écrite, j’ai l’impression d’avoir comme un poids en moins.

Au commencement, mes romans devaient rester dans le cercle familial. Une fois l’écriture de « L’ïle Du Croissant » terminé, j’ai commencé à faire des recherches d’imprimeries et je suis tombées sur Amazon KDP. Bien sûr, je ne savais pas du tout comment fonctionnait ce site et mon livre s’est retrouvé en ligne sans que je ne sache comment le retirer…

Bref, j’ai fini par me dire que ce n’était pas grave et je me suis lancée dans l’aventure.

Aujourd’hui, j’ai appris à utiliser Amazon KDP pour éviter que ce genre de bêtise ne puisse se reproduire.


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

« Lizbeth », mais uniquement parce qu’il reste la partie correction à faire. Il est prévu pour fin 2022 si tout se passe bien.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

Pour moi, c’est plus une passion, un besoin que je ressens. Mais je comprends tout à fait que d’autres le voit comme un métier, surtout au vue du temps que nous devons passer sur chaque livre, c’est très chronophage.


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Dans les bons côtés, je vais reparler de la délivrance de sortir l’histoire de ma tête mais aussi le plaisir de le présenter à mes filles et de leur faire découvrir.

En point négatif, je dirais la peur qu’il ne plait pas. C’est pour cela que j’utilise un nom de plume, je suis une personne qui n’a aucune assurance en ce qu’elle fait et ma confiance en moi est médiocre. J’ai sans cesse l’impression que ce que je fais est nul et sans intérêt. Heureusement que mes bêtas lectrices sont là, avoir leurs avis me rassure énormément. Je vous aime mes bêtas.


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

J’aime écrire au calme et de préférence la journée avec une bonne tasse de café. J’ai beaucoup de mal à écrire quand mes filles sont à la maison, ce qui réduit énormément mes temps accordés à l’écriture. Dans le futur, j’aimerais travailler dessus et m’accorder plus de temps pour moi-même, mais il y a du chemin à faire et j’en suis très loin.


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Non, pas du tout.

Quand je démarre l’écriture, je connais le début de l’histoire ainsi que les personnages principaux mais je n’ai pas la moindre idée de la fin. Je me laisse guider par mes émotions du moment et, quand je me relis je suis parfois surprise de ce que mes dix doigts ont pianoté. Surprise parfois en bien et parfois en mal. J’ai déjà supprimé des passages complet car je les trouvais trop osé et il m’est déjà arrivé de me lever en pleine nuit pour ressusciter un personnage car sa mort m’empêchait de dormir.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments ou l’inspiration ne vient pas ?

D’un peu partout. Un film, un jeu, un rêve et parfois je ne sais même pas d’où ça sort. Je n’ai pas encore manqué d’inspiration, au contraire, j’en ai trop et pas assez de temps pour les retranscrire. Quand une idée me vient, je prends de quoi noter, que ce soit un calepin ou une feuille volante et je me dépêche de griffonner l’idée avant qu’elle ne s’échappe.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ? 

Les histoires en elles-mêmes non, mais les prénoms des personnages et certains passages dans les livres oui. Par exemple, dans « L’Île Du Croissant, on peut y lire la description d’une chambre faite de velours bordeaux. Je me suis inspirée de la chambre de ma grand-mère, quand j’étais enfant, elle avait ce type de chambre avec tout le mobilier en velours bordeaux. Ou le parc dans lequel Mikaella et Lillian vont, il est tiré de souvenirs de mon passé, des jeux dans lesquels j’adorais jouer enfant dans un parc près de chez moi. Bien entendu, la plupart de ces anciens jeux ont été démontés de nos jours.

Donc, bien que mes histoires ne me concernent pas du tout, j’aime y ajouter un petit quelque chose qui vient réellement de moi.


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

Je suis partie sur des romances sentimentales avec du fantastiques car ce sont les lectures que j’aime le plus. Les histoire full amour, je déteste, sauf si, à la limite, l’un des deux fini par mourir, mais sinon je n’aime ce type de livre. J’aime découvrir des univers magique ou enchantés qui nous dépaysent complétement et nous donnent envie de rêver.


Y’a-t-il un livre qui a été plus difficile à écrire ? Et un plus simple ?

Pour le moment, non. Par contre, je me suis beaucoup amusée en écrivant « Lizbeth », je me suis un peu libérée de mes entraves en offrant un univers plus brutal et j’ai adoré.


Avez-vous une préférence pour l’un de vos romans ? Pourquoi ?

Là encore, ce sera « Lizbeth ». L’héroïne vivra des choses qui la marqueront à vie. C’est une jeune fille au caractère fort et j’adore ça !


Êtes-vous satisfaite du « succès » de vos livres ?

Je ne suis pas sûre de pouvoir parler de succès concernant mes livres. Je n’ai que deux romans de sortis, je ne suis pas très connue. Bien que Skyburn ce soit vendu bien plus que L’Île Du Croissant tout de même (il a été boudé mon premier livre).

Personnellement, je ne recherche pas le succès ni même la notoriété. Si l’histoire que j’écris plait à ne serait-ce qu’une personne sur terre et que cela lui aura apporté une once de bonheur en le lisant eh bien, pour moi, c’est déjà la plus belle des victoires.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Non, pas pour le moment. Je débute tout juste, je ne compte pas m’arrêter de suite.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Oui, bien sûr.

« Lizbeth », une histoire de vampire, sortira (si tout se passe bien) à la fin de cette année (avec de la chance, un peu avant Noël).

« Valéria » est en cours d’écriture, je vais tenter une sortie pour la fête des mères 2023 si le temps me le permet.

Et bien entendu, d’autres projets en tête mais ce n’est pas pour tout de suite.


Autoédition ou maison d’édition ? Pourquoi ce choix ?

Je suis en auto-édition.

Alors, j’ai tenté une maison d’édition et je n’ai eût que des déceptions, énormément de promesses non tenues. Oui, je sais, toutes les ME ne sont pas les mêmes mais j’ai tout de même pris plusieurs mois de retard sur la sortie de Skyburn à cause d’une personne pas très honnête.

Ensuite, une ME, cela me fait peur. Ayant un niveau de confiance en moi dans le négatif (et ne parlons pas de l’hypersensibilité, je suis vite à fleur de peau) le rejet me terrorise et je serais en stress toute la durée de l’attente de la réponse.

Pour finir, il y a une chose que j’adore en AE, c’est la liberté totale !

Je ne souhaite pas de sexe dans mes livres, je trouve qu’un bon roman ne se défini pas par ce genre de passage mais par l’histoire de fond.

Et j’adore créer moi-même mes couvertures ! Je préfère choisir moi-même les images qui, pour moi, correspondent le mieux au livre et je prends beaucoup de plaisir à mettre en place la cover.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

Le titre de mon dernier roman est « Skyburn ».

C’est avant tout une romance sentimentale mais avec un soupçons de fantastique.

C’est l’histoire d’une jeune fille, Hanoï, qui a grandit dans un centre équestre. Ses parents n’ont pas beaucoup d’argent. Elle a une petite sœur pleine de vie qui rêve de voir Hanoï se marier. Alors, elle n’a rien trouvé de mieux que de l’inscrire à un programme de télé réalité « Qui veut épouser un millionnaire » et tout cela dans le dos de notre héroïne.

Sur place, elle fera la connaissance de Xavier, le fameux millionnaire et aussi d’Harry, le soi-disant écuyer de celui-ci. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que ces deux beaux jeunes hommes ne sont pas tout à fait humains.

J’ai débuté l’écriture de cette histoire en novembre 2021 et elle fut publié en août 2022. Cela m’a pris du temps à cause d’un petit soucis de correction. En fin février, je pensais que ce livre était parti en correction, mais au final, ce n’était pas le cas et je ne l’ai appris qu’en mai.

Donc, d’une sortie prévue en mai pour la fête de mères, je me suis retrouvée avec une parution en août.

Mais ce sont les aléas de la vie et je suis heureuse qu’il ait enfin pût voir le jour.


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? De quelle manière ?

En juillet/août, pas trop. Je me suis retrouvée submergée par le travail et les enfants à la maison.

En temps normal, je post tout un tas d’âneries sur mon compte facebook et il m’est déjà arrivée de rigoler avec plusieurs lectrices là-dessus. J’y ai d’ailleurs découvert des personnes formidables que j’adore énormément.


Êtes-vous présente sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Sur facebook uniquement pour le moment. Il va falloir que je pense à me créer un compte Instagram car plusieurs personnes me l’ont déjà demandé. Le soucis : je suis une grosse noob à ce sujet, je risque de bien patauger au début.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ? 

Oui, j’aime beaucoup lire, bien que, depuis que j’ai commencé à écrire, j’ai du mal à trouver du temps et ma PAL commence vraiment à grandir. J’adore les romans fantastiques : Nigth world, Vampire diaries, Éternels, mais également des livres moins connus comme Alexiane ou Ensemble de chez First Fligth Edition.

Je préfère tout ce qui touche le fantastique ou la fantasy car, quand je lis, j’aime m’évader et, pour moi, il n’y a rien de mieux que ce type d’univers.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

Les livres de L.J. SMITH, car j’adore les lire, tout simplement.

C’est le type d’univers dont je suis fan et elle a une plume sublime. Ses livres se dévorent tellement la lecture est fluide.


Avez-vous d’autres passions ?

Mon chien et mes furettes, ça compte ?

Honnêtement, c’est difficile à dire, j’aime toucher un peu à tout et surtout ce qui concerne la créativité. Je peux tout aussi bien crocheter un châle, comme coudre une robe de princesse pour mes filles ou encore peindre sur des petits objets en bois, faire des photos et les retoucher sur photoshop pour des effets vieillis par exemple. Il y a tout un tas de choses que j’aime faire mais à petite dose. Je ne me vois pas photographier des inconnus chaque week-end de ma vie et encore moins coudre sept heures par jour. J’adore jongler entre les projets, cela rend le tout plus intéressant et évite de tomber dans la monotonie.


Un dernier commentaire ?

Merci de m’avoir envoyé ce questionnaire de m’avoir lu jusqu’ici.

Je tiens également à remercier toutes les personnes qui me suivent depuis le début, ceux qui croient en moi et me soutiennent. Vraiment, merci, vous me donnez la force d’avancer, je vous aime.


CONTACTER L’AUTEUR

Profil facebook : https://www.facebook.com/HC-Steenwood-109166538225512


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s