Sylvie VALENCE

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

Je m’appelle Sylvie Tisserant, j’ai 60 ans (25 dans la tête 😉 ), je suis divorcée et je vis avec ma fille ado et mon chien en Seine-et-Marne. Mon nom de plume est Sylvie Valence, il me vient de mon arrière-grand-mère paternelle, Rosalie Valence et de son fils né hors mariage, Jean-Baptiste qui a été rejeté par une partie de sa famille. J’ai voulu leur rendre hommage à tous les deux en prenant leur nom.

Je suis fonctionnaire en activité encore pour quelques années, le temps que ma fille prenne son envol du nid.

Il y a 19 ans, j’ai créé un site consacré aux auteurs « en herbe » que j’ai intitulé Les Plumes du Net, pour permettre aux auteurs inconnus du public de faire connaître leurs écrits. J’y organisais régulièrement des concours de textes qui ont abouti à la publication de 6 recueils collectifs aux éditions Manuscrit entre 2004 et 2010.

En 2010, à la suite du séisme en Haîti, j’ai lancé un appel à textes à des auteurs des Plumes du Net pour réaliser un recueil au profit d’un orphelinat de Port au Prince via une association de parents adoptifs. Le livre est publié chez Edilivre.

A cette époque, avec mon ex conjoint, nous étions en cours de procédure d’agrément pour adopter et j’étais en lien avec plusieurs parents adoptifs sur des forums d’adoption sur Yahoo. En 2013, j’ai renouvelé l’expérience avec la réalisation d’un recueil de contes pour enfants au profit de l’orphelinat où nous avons adopté notre fille, à Brazzaville (au Congo), via encore une fois une association de parents adoptifs dont nous faisions partie.


Vouliez-vous devenir écrivaine quand vous étiez petite ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Quand j’étais petite, je voulais être dentiste (avant d’avoir des caries…), puis chirurgienne quand j’étais au collège.

J’ai commencé à écrire mon journal quand j’étais en 4e et j’aimais aussi les rédactions. J’étais souvent hors sujet car je brodais beaucoup.

Sinon, j’ai écrit ma première histoire en août 1985, chez ma grand-mère maternelle, à Fréjus, pendant les vacances d’été.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

Pour mon journal, c’est le livre L’Herbe bleue qui m’en a donné envie. J’ai été impressionnée par ce livre et j’ai décidé d’écrire un journal moi aussi.

Quand j’étais petite, je m’inventais des histoires quand je jouais avec mes poupées et mes poupées mannequins. Je rejouais souvent les films que je voyais à la télé, comme les Sissi. L’écriture est venue naturellement.


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Oui, j’en ai quelques-uns, dont ma nouvelle d’anticipation écrite en 1985. Elle n’a pas trouvé d’éditeur sérieux, alors elle dort dans un tiroir avec d’autres débuts d’histoire.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

J’aimerais que ce soit un métier, mais je suis fonctionnaire et le statut d’artiste auteur n’est pas compatible avec des fonctions à temps complet.

C’est donc pour l’instant une passion. Je verrai à la retraite. Peut-être que d’ici là, mes livres se vendront comme des petits pains…


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Les bons côtés ce sont de trouver des histoires qui plaisent aux lecteurs, écrire et découvrir d’autres mondes imaginaires ou non.

Les mauvais, le fait de ne pas connaître  le ressenti des lecteurs qui ne laissent pas de commentaires sur amazon par exemple. Je trouve cela très frustrant.


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

En général, j’aime bien écrire en musique (en sourdine), cela me motive… Vivaldi ou Queen…

Je n’ai pas de moment particulier. Par contre, je préfère écrire sur le balcon l’été ou dans ma chambre.


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Non, j’écris au feeling, tout simplement, quand l’inspiration arrive. Il m’arrive de me réveiller la nuit quand j’ai une idée.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments ou l’inspiration ne vient pas ?

Pendant le confinement et à la suite de cette période, j’ai eu beaucoup de mal à relire et réécrire, j’étais complètement bloquée, j’ai lu uniquement un livre et depuis, j’ai toujours un peu de mal à me concentrer.

Je tire mon inspiration de ce que je lis ou entends, autour de moi et des séries que je regarde, comme Outlander.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ? 

Non, pas du tout.

Par contre, pour Meurtre à la Défense, lorsque je l’ai écrit en 1996, pour le héros je me suis inspirée d’un jeune homme rencontré dans le train et à l’époque, l’héroïne portait mon prénom.


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

J’ai participé à deux concours.

Pour Meurtre à la Défense, c’était un concours de romans policiers organisé par le magazine que ma mère lisait toutes les semaines.

Pour Rendez-vous dans 20 ans, c’était un concours de romance organisé par Harlequin en 2010.


Y’a-t-il un livre qui a été plus difficile à écrire ? Et un plus simple ?

Meurtre à la Défense a été super simple à écrire, je me suis un peu inspirée des romans d’Agatha Christie et aussi des séries policières de l’époque.

Rendez-vous dans 20 ans a été plus dur à écrire, car il y a des scènes que je n’arrive pas à écrire car j’ai « peur » de choquer mon entourage et que je ne m’autorise pas à écrire.


Avez-vous une préférence pour l’un de vos romans ? Pourquoi ?

Oui, il s’agit des aventures d’un nain de jardin.

J’ai écrit le début de l’histoire avec deux collègues entre midi et deux, quand je travaillais à la Défense (le qu    artier d’affaires). Rasemotte le nain de jardin est né de l’imagination de trois collègues de bureau en 1997. Il vit dans un carton à chapeau au fond du jardin d’un humain et travaille à la Défense dans une tour. Et bien entendu, pour s’y rendre, il prend le métro et le RER et il lui arrive plein d’aventures rocambolesques…


Êtes-vous satisfaite du « succès » de vos livres ?

Pas trop, je ne vends pas beaucoup d’exemplaires, ebooks et brochés, malgré la publicité sur Facebook ou Amazon.

Et je n’ai aucun commentaire (pour les deux romans) sur Amazon, c’est très frustrant. Je sais que beaucoup de personnes ont aimé mes livres, mais je ne connais pas leur ressenti.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Oui, il m’arrive de perdre confiance en ma capacité à écrire des histoires et de douter un maximum. Dans ces moment-là, je baisse les bras et renonce à l’écriture, pensant que je suis une piètre auteure.

Mais, il y a toujours un ou une ami(e) qui me donne des coups de pied aux fesses pour me remettre sur les rails. Et ma fille est aussi là pour m’empêcher de tout laisser tomber. Elle croit en moi et en mes livres.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

Oui, en fait j’ai en tête d’écrire une série de plusieurs livres se déroulant à plusieurs époques.

Un premier livre devrait sortir en 2023, une romance historique dont l’histoire se déroulera pendant la 1ère guerre mondiale et au début des années 30.


Autoédition ou maison d’édition ? Pourquoi ce choix ?

Auto-édition sans hésiter.

J’ai testé la maison d’édition à plusieurs reprises pour plusieurs livres, mais à chaque fois sans réel succès et vente et promotion aussi.

Je préfère rester libre et toucher plus de marges qu’avec une maison d’édition.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

Il s’agit de Meurtre à la Défense, le roman policier écrit en 1996, longtemps oublié dans un tiroir. Je l’ai remanié, retravaillé l’année dernière pour lui donner une seconde chance.

À l’époque, je rêvais du livre et il m’arrivait de me réveiller quand une idée jaillissait.

Comme je participais à un concours, je n’ai mais qu’un mois à l’écrire.

Le personnage principal est un jeune homme rencontré dans le train quand j’allais travailler, j’en ai fait le héros de l’histoire. Quant à l’héroïne, au départ elle portait mon prénom et travaille dans un ministère comme moi à cette époque. J’ai inventé tout le reste.

L’ebook est disponible depuis juin sur Amazon et le broché le sera très prochainement sur toutes les plateformes, via BoD, et chez les libraires sur commande.


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? De quelle manière ?

Je tente d’engager la conversation sur ma page et sur Instagram, mais ils ne communiquent pas vraiment.

J’ai suivi une formation de communication digitale et publicité facebook, cela m’a aidée à décomplexer, mais je n’arrive pas réellement à briser la glace entre mes abonnés et moi.

J’ai mis un formulaire d’abonnement sur mon site pour faire une newsletter que j’enverrai régulièrement à mes abonnés.


Êtes-vous présente sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Oui, je suis sur Facebook et Instagram, pour présenter mes livres et tenter de créer une communauté et promouvoir mes livres.

J’ai tenté Tik Tok parce que des auteures en parlaient, mais je n’ai pas du tout accroché et j’ai supprimé mon compte.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ? 

Oui, bien sûr. J’aime les romans de science-fiction, fantastique, fantasy, policiers, les romances aussi.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

Ce n’est pas un livre, mais une série télé : Once upon a time. Cette série est géniale, l’idée des scénaristes aussi et j’aurais adoré l’écrire.


Avez-vous d’autres passions ?

Un temps, j’ai confectionné des bijoux fantaisie au profit de l’orphelinat où se trouvait ma fille, quand on l’attendait.

Je lis et chronique aussi des livres pour des auteurs.


Un dernier commentaire ?

Je te remercie d’avoir accepté de m’interviewer.


CONTACTER L’AUTEUR

Profil facebook : https://www.facebook.com/sylvievalence62

Instagram : https://www.instagram.com/svalence_auteure_de_romance/

Site internet : www.sylvievalence.fr

Email : sylvievalence62@gmail.com


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s