Phil KALEAN

répond à mes questions.


Parlez-nous un peu de vous, qui êtes-vous ?

Phil Kalean,

J’ai écrit 3 romans (“Jana” (2016), “Le journal d’Eden (2018) et “Entre rêve et tourments (2021)”.

Je travaille à Nantes en tant que manager des risques pour une entreprise du secteur du courtage assurance.

Marié, 54 ans, j’ai deux enfants.

Curieux de tout, j’adore les voyages.


Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petit ? À quel âge avez-vous commencé à écrire ?

Archéologue, écrivain, reporter étaient les métiers qui me faisaient rêver dans mon enfance.

J’adorais les rédactions qui donnaient libre cours à mon imagination fertile. Dans mon enfance et mon adolescence, j’écrivais de petits textes. Je me suis lancé le défi d’écrire un long texte avec l’écriture de mon premier roman à 46 ans.


Et qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ?

Sur tous mes bulletins d’écolier, il y avait toujours la même critique : “dans la lune”. J’ai juste voulu raconter les choses fantastiques que j’ai vécues sur cette planète où je passe tellement de temps…

Une anecdote : quand mes fils étaient petits, je leur racontais tous les soirs une histoire inventée à la minute, ce qui ne manquait pas d’étonner mes proches…


Y’a-t-il des manuscrits qui n’ont pas été publiés ? Pour quelle raison ?

Non. Dès mon premier roman, j’ai eu la chance de trouver un éditeur (les éditions du Menhir) qui a cru en mon œuvre et m’a attribué son coup de cœur d’automne. Et ensuite, ce fut la même chose avec mes deux romans suivants pour lesquels deux maisons d’édition différentes m’ont fait confiance. À ce jour, je possède plusieurs pistes de manuscrits embryonnaires ou inachevés qui sont autant de pistes pour de futurs romans.


Pour vous l’écriture, c’est plutôt un métier ou une passion ?

Les deux.

À part les écrivains publics qui peuvent potentiellement faire ce métier sans passion, écrivain(e) est d’abord une passion. D’autre part, je considère que dès lors qu’un écrivain est édité, cela devient aussi un métier qui demande une collaboration avec l’éditeur lors des différentes phases de création puis de communication. J’aime bien ces facettes, et en particulier participer aux interviews des médias ou des chroniqueuses passionnées. 😉


Quels sont pour vous les bons côtés ? Et les mauvais ?

Les retours des lecteurs auxquels s’ajoute la fameuse question impatiente des mordus “quand sort votre prochain roman ?” sont pour moi la récompense de tous mes efforts et une source importante de motivation.

La saturation actuelle du marché du livre ainsi que les difficultés à trouver un éditeur ou à obtenir de la visibilité correspondent à la face obscure du monde de l’édition.


Avez-vous des habitudes d’écriture ? Quelles sont-elles (lieu, moment de la journée, en musique) ?

J’écris quand j’ai le temps et trouver ce temps est mon principal problème. Ainsi, c’est essentiellement en soirée, après la journée de travail que je plonge dans l’écriture, dans un état de grande concentration.

J’utilise des playlists que j’ai constituées moi-même et qui portent des noms explicites en fonction du passage que j’écris : mélancolie, action, fiesta, zen, grandiose, tension, etc. Elles m’aident à me plonger plus rapidement dans l’atmosphère recherchée.


Avez-vous un process d’écriture ? Quel est-il ?

Pour mes trois premiers romans, j’ai adopté la méthode classique qui consiste avant d’écrire le roman à construire un story board avec les personnages, les lieux, le fil simplifié de l’histoire, etc. Cela permet de rester plausible tout en proposant des rebondissements et retournements de situation surprenants mais crédibles.

Pour mon prochain roman, j’ai décidé de casser les codes par défi, en faisant confiance à mon instinct. Cela devrait renforcer l’originalité et la spontanéité du récit.


Où trouvez-vous votre inspiration ? Avez-vous des moments ou l’inspiration ne vient pas ?

Le plus difficile est de trouver “l’arc narratif original” : la bonne idée de départ. Celle qui est nouvelle, que les autres auteurs n’ont pas encore exploitée ou exploitée différemment.

Ensuite l’inspiration vient toute seule.

Cette idée de départ peut provenir de mes voyages, de mon expérience, de rencontres fortuites, de l’actualité ou bien d’un rêve. Pour que cette idée soit viable, elle doit être particulièrement chargée en émotion.


Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ? 

Elles sont un tissu dense composé de fils issus du réel (mon expérience ou celles d’autres), entremêlés d’autres fils issus de l’imaginaire. Plus le tissu est tissé dense, plus on croit que tout est vrai, et plus le lecteur s’immerge facilement.


Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir ces sujets ?

Dans “Jana”, un jeune lycéen nantais possède un don hérité de son grand-père qu’il utilise pour protéger une jeune Russe qu’il a rencontrée dans la forêt. C’est une romance, un road movie bourré d’adrénaline et de mystère.

“Le journal d’Eden” est un thriller redoutable : la quête d’un jeune homme qui cherche à comprendre pourquoi son amour de jeunesse s’est donnée la mort. La lecture du journal intime de la victime ravive les souvenirs du héros. Le lecteur navigue entre la nostalgie de ce paradis perdu très fort en émotions et le présent terrible où mystère et dangers sont omniprésents. Il se déroule en Bretagne et dans les brumes du Marais Poitevin.

“Entre rêve et tourments” est un thriller historique qui prend racine dans la révolution tunisienne de 2010. Par amour, un journaliste français en vacances va aider une Tunisienne, cyber dissidente, sans se douter de l’effroyable aventure qui les attend.  

Ces 3 romans ont des sujets très différents mais ils ont un point commun : le synopsis de départ a provoqué à chaque fois une émotion puissante qu’il ne me restait plus qu’à transmettre au lecteur. Ils partagent également des ingrédients qui me sont chers : une histoire d’amour impossible, du frisson (dangers, suspens et rebondissements) et des personnages forts auxquels mes lecteurs me disent beaucoup s’attacher.


Y’a-t-il un livre qui a été plus difficile à écrire ? Et un plus simple ?

Le plus simple a été le premier (Jana) car il se déroule à Nantes et dans des lieux que je connais en faisant appel à des souvenirs ou expériences vécues.

Le plus complexe est le dernier (Entre rêve et tourments) : un an et demi de recherches sur la Tunisie avant de commencer l’écriture.


Avez-vous une préférence pour l’un de vos romans ? Pourquoi ?

Non, ils sont tous différents. À chaque fois, j’ai “cassé le moule”  et me suis lancé un nouveau défi.

Je pense qu’ils feraient tous de très bons films.


Êtes-vous satisfait du « succès » de vos livres ?

Oui si je tiens compte des retours des lecteurs, des chroniqueurs et des ventes (que je relativise dans notre conjoncture difficile). Non, quand je pense que très peu de librairies les distribuent : ils n’ont donc pas la même chance que d’autres.


Avez-vous déjà pensé à arrêter l’écriture ? Si oui, pourquoi ?

Oui cette année, je fais une pause, en raison des difficultés que j’ai déjà évoquées et du peu de temps dont je dispose.

Mais ce n’est qu’une pause.


Avez-vous un ou des nouveau(x) projet(s) en cours ? Une idée de la date de sortie ?

J’ai commencé mon quatrième roman mais comme je l’expliquais supra, je vais me donner du temps.

Et puis la promotion de mon dernier roman continue…


Autoédition ou maison d’édition ? Pourquoi ce choix ?

Maisons d’éditions (une différente par livre) parce qu’elles m’ont fait confiance.


Parlez-nous de votre dernier roman (sujet, durée d’écriture, choix des personnages, date de sortie…) ?

“Entre rêve et tourments” est sorti en novembre 2021. Comme l’a écrit le webzine “Branchés Culture”, il s’agit d’une “plongée passionnelle au cœur de la révolution tunisienne”.

L’héroïne centrale est Fatine, une jeune femme cyberdissidente, généreuse, moderne et très courageuse. Le deuxième personnage important est Bastian, journaliste français en vacances en Tunisie, qui propose son aide à Fatine, sans se douter de l’aventure effroyable qui les attend dans un pays au bord de l’ébullition.

De nombreux personnages secondaires, attachants, forts en caractères ou terrifiants les entourent.

   


Quelle relation avez-vous avec les lecteurs ? Échangez-vous régulièrement avec eux ? De quelle manière ?

J’adore les retours sur mes livres. Les réseaux sociaux le permettent à grande échelle. J’ai aussi des échanges directs avec mes fidèles lecteurs de Nantes qui me motivent à poursuivre l’aventure de l’écriture.


Êtes-vous présent sur les réseaux sociaux ? Pourquoi ce choix ?

Facebook, Instagram et LinkedIn. J’ai juste diffusé la vidéo de bande annonce d’”Entre rêve et tourments” sur Tik Tok.

Je suis plus actif sur Facebook qui seul permet de réaliser de vrais articles avec du texte mêlé d’images et de liens, en offrant un confort visuel optimal. Instagram, LinkedIn et Tik tok sont moins adaptés à la littérature. C’est dommage que Facebook soit de plus en plus délaissé. Mais je pense que le regain d’intérêt pour ce média reviendra.


Vous écrivez mais aimez-vous lire également ? Si oui quel type de romans ? 

Oui je lis beaucoup et de tout. “J’adore l’éclectisme, le saut en longueur, tout ça…mais là j’ai arrêté car c’est fatigant l’éclectisme.” (“Tournez Ménages” Les Inconnus) 😉

J’alterne en permanence thrillers (mon pêché mignon) et littérature générale très variée par curiosité et désir de ne pas m’enfermer dans un genre. Je lis aussi des ouvrages pour me documenter en amont de l’écriture de mes romans.


Quel livre auriez-vous aimé écrire ? Pourquoi ?

Je laisse les chefs d’œuvres à leurs auteurs et autrices : je ne les envie pas. Je les admire. J’aime 95% des livres que je lis grâce aux avis que je glane sur les réseaux sociaux et qui orientent mon choix. Parmi ces livres j’ai deux ou trois coups de cœur par an. Mon dernier est pour “Là où chantent les écrevisses” (je sais, ce n’est pas original). En général mes coups de cœur sont des best-seller comme (liste décousue qui m’arrive de tête) : un été sans miel, l’amie prodigieuse, l’Arménien, miséricorde, la cucina, le livre des baltimore, nymphéas noirs, la chambre des morts, en attendant Bojangles… bref éclectique, quoi ! 😉


Avez-vous d’autres passions ?

La randonnée, le Pays Basque, la Bretagne, l’archéologie, la culture, la cuisine, la bourse (cherchez l’intrus), mais surtout partager tout ça avec d’autres passionnés !


Un dernier commentaire ?

Merci Elodie ! Le lecteur et l’auteur que je suis te remercient tous les deux pour tes chroniques passionnées !


CONTACTER L’AUTEUR

Site : https://www.phil-kalean.com/

Profil facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100013647857954

Instagram : https://www.instagram.com/kalean.phil/


BIBLIOGRAPHIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s