ZEMSTA – DANINO GARNAULT


DITES-MOI EN QUELQUES MOT QUI ÊTES-VOUS ?

Bah ; je suis un homme !!! Comme si ça ne se voyait pas… pfft.

Tout le monde m’appelle Danino, mais c’est un pseudo. En fait, je m’appelle Jean-Eudes et j’en veux énormément à mes parents. Ils ont dû se croire chez les aristos le jour de ma naissance…

Après une carrière vite écourtée dans une fabrique de chaussettes pour cul-de-jatte et une reconversion en tant que couturière spécialisée dans la mousseline (quelle galère quand j’y repense, purée !!!), j’ai choisi la facilité en devenant fonctionnaire au sein d’une administration aimée de tout le monde.

Sinon, je suis un zouave à l’humour sans limite, parfois choquant et maladroit, mais je pense avoir un grand cœur quand même.


POUVEZ-VOUS RÉSUMER VOTRE LIVRE EN QUELQUES LIGNES ?

Oui, pas de souci. C’est un roman. Voilà, de rien…

C’est une enquête policière avec une flic un peu barrée, qui n’a pas sa langue dans sa poche (elle préfère la… non, rien). Elle va devoir mettre fin à une série de meurtres qui met le feu à Auxerre et sa région.

Le tout à la sauce Danino, bien évidemment.


À QUEL MOMENT AVEZ-VOUS COMMENCÉ À TRAVAILLER DESSUS ?

J’ai commencé à travailler dessus au mois d’août 2021, entre deux lectures et trois apéros. Faut bien trouver l’inspiration quelque part… et je l’ai publié fin juillet, donc pratiquement un an. Autant de temps que pour la cuisson d’un Chteutatakoué dans un camp de gitans.


QU’EST-CE QUI VOUS A DONNÉ ENVIE DE L’ÉCRIRE ?

Tout d’abord, l’envie est venue par le biais de certains lecteurs à qui le personnage de Tata Bergamote avait plu dans « Pulsions ».

Et puis, après l’écriture de « Roland » qui parle de mon grand-père et où j’ai dû batailler avec mes émotions, j’ai eu envie de revenir à une écriture plus légère en m’amusant avec mes expressions à deux balles et mes scènes cocasses.

Je l’ai aussi écrit pour deux personnes décédées : ma meilleure amie qui adorait Tata et pour ma petite maman qui était fan de mes sottises en tout genre.


COMBIEN DE TEMPS AVEZ-VOUS MIS POUR L’ÉCRIRE ?

Punaise, je viens de te lire. Retourne lire la question 4. Entre les premiers mots et la publication, j’ai l’impression que ça a duré dix ans. J’y ai perdu tous mes cheveux, tellement j’en avais ras la touffe de ce bouquin…


EST-CE QUE L’ÉCRITURE A ÉTÉ COMPLIQUÉE ? AVEZ-VOUS EU DES MOMENTS DE DOUTES ? ENVIE DE TOUT ARRÊTER ?

Trop fastoche !!! ça glissait comme papa dans maman.

Sérieusement, j’ai connu des moments d’euphorie où les idées venaient tout de suite et j’ai dû aussi batailler par moments avec mes incertitudes, mes doutes.

Elles n’étaient pas forcément liées à l’écriture en elle-même. Heureusement, il y a des personnes qui ont su me mettre des coups de pied au c… lorsqu’il le fallait.

Je n’ai jamais eu envie d’arrêter, bien au contraire. L’adversité a du bon parfois.


AVIEZ-VOUS UN RITUEL D’ÉCRITURE PARTICULIER POUR CE LIVRE ? OÙ AVEZ-VOUS TOUJOURS LE MÊME ? QUEL EST-IL ?

Bien évidemment ! J’écoute Nana Mouskouri en boucle, je me coiffe d’un bob Ricard, j’accroche des bretelles à mon slip et je mets des palmes pour éviter de me bouffer les ongles des pieds !!

Le seul vrai rituel que j’ai en fait, c’est de me coller un casque sur les oreilles. Je choisis les musiques en fonction de ce que je suis en train d’écrire.


POURQUOI AVOIR CHOISI CE GENRE LITTÉRAIRE ? ET POURQUOI AVOIR CHOISI CE SUJET ?

Et pourquoi pas ? Punaise, tu en poses des questions !!!

Je n’ai pas de genre littéraire. Je vais là où j’ai envie d’aller. Je fais en fonction de ce qui me trotte dans la tête. Ainsi, ça peut aller du noir au polar teinté d’une touche d’humour, en passant par des récits plus personnels ou des textes pour les enfants. J’essaie de rester un électron libre et de faire vraiment ce que j’ai envie.


COMMENT AVEZ-VOUS CHOISI VOS PERSONNAGES ? LEUR CARACTÈRE ? LEUR PRÉNOM ? EST-CE QUE DES PERSONNES RÉELLES VOUS LES ONT INSPIRÉ ?

Je les ai tous choisis en accord avec moi-même. Pour ce faire, j’organise de grandes réunions au cours desquelles on délibère tous ensemble et celui qui a le plus de voix l’emporte. Mais ce n’est pas toujours évident, vu le monde qu’il y a dans ma tête.

Pour les prénoms et noms, j’ai un vieil annuaire dans lequel je pioche au hasard. Sinon je choisis des prénoms que j’aime bien ou alors je transforme le nom de personnes que je connais. Je les mets en scène d’une manière plus ou moins déguisée ; ça m’amuse beaucoup.

Du coup, oui il y a certains personnages qui proviennent de personnes réelles. C’est la même chose pour les lieux.


QUEL EST LE PERSONNAGE QUI VOUS RESSEMBLE LE PLUS ET POURQUOI ? ET CELUI DANS LEQUEL VOUS AVEZ MIS LE PLUS DE VOUS-MÊME ?

Si je ne dis pas Tata Bergamote, je vais me faire démonter.

Alors, je vais dire que c’est elle.

Inutile d’en rajouter, ceux qui me connaissent peuvent me voir en elle. La seule différence peut-être entre elle et moi, c’est que je porte beaucoup moins bien la mini-jupe….


AVEZ-VOUS UN PERSONNAGE FAVORI ? LEQUEL ET POURQUOI ?

MOI !!!


COMMENT AVEZ-VOUS CHOISI LE OÙ LES LIEUX OU SE DÉROULE L’INTRIGUE ? PAR QUOI OU QUI AVEZ-VOUS ÉTÉ INSPIRÉ POUR FAIRE CE CHOIX ?

J’ai choisi Auxerre et l’Yonne, car je suis originaire de ce département, car

il y a eu de sales histoires par chez moi et bien que des atrocités aient été commises sur le territoire icaunais, c’est tout de même un joli département pour qui aime la nature et le bon vin. J’aime y retourner et si je peux donner envie à certains d’aller y faire un tour, j’en suis heureux.


Si ce livre devait faire passer UN message, quel serait-il ?

Si je pars juste sur le personnage de Tata, ce serait celui-ci : aimez et profitez de la vie.

Aucune prétention de ma part, je veux simplement dire que la vie peut s’arrêter pour diverses raisons du jour au lendemain. Sachons saisir les opportunités lorsqu’elles se présentent afin d’éviter les regrets. Cessons d’accorder de l’importance aux mauvaises personnes et arrêtons de nous faire du mal pour des conneries. Concentrez-vous sur l’essentiel : aimer.

Cette chienne de vie peut être douce aussi et vous apporter de jolies surprises.

Ah, oui, j’allais oublier : riez le plus souvent possible. C’est bon pour les rides. Et, mon Dieu, que vous êtes laids quand vous faites la tronche !!!


AVEZ-VOUS DÉJÀ COMMENCE À TRAVAILLER SUR LE PROCHAIN ?

Dans ma tête, oui depuis longtemps. Sur le papier, ce n’est pas encore vraiment ça. Mais je vais m’y mettre bientôt, car j’en connais une qui ne va pas tarder de me houspiller.


Y-A-T-IL DES AUTEURS QUI VOUS INSPIRENT POUR ÉCRIRE VOS HISTOIRES ?

Oui, Vincent Timètre. Pas très grand auteur, mais il est sympa.

Je n’ai pas vraiment de noms qui me viennent à l’esprit, là tout de suite. Je suis juste un saltimbanque des mots, un petit scribouillard qui m’amuse. Et c’est bien là l’essentiel.



OU TROUVER CE LIVRE ?

Amazon ou alors chez moi, à l’heure de l’apéro de préférence.

Formats disponibles : en 4, 6 et 8 ans ou en L, XL et XXXL.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s