VARCOLAC

Magnus Latro

RÉSUMÉ : En lisière de la forêt des Landes girondines, le lierre s’affaire à effacer les ruines des bordels du Poteau. Mais le crime et le commerce de la chair ont laissé ici un héritage. Une femme est enlevée sur un parking. Des chasseurs ont disparu et des loups hantent les sous-bois. Des militants animalistes manifestent avec violence leurs revendications. Colère et incompréhension se confondent dans les campagnes. Le trafic de drogue s’épanouit à l’abri des grands pins et le sang coule sur les vieux pavés. Le rédacteur en chef du journal local est entraîné malgré lui par un déferlement terrifiant.
Les forces du mal affleurent des âmes tourmentées. Elles ont libre cours quand les ténèbres s’y répandent.


Avis général

J’ai découvert ce roman grâce à un service presse et je dois dire que j’ai été assez surprise par le début, je ne voyais pas vraiment comment allait démarrer l’intrigue. Puis petit à petit, les personnages, les lieux, l’intrigue se met en place et alors on part dans une spirale infernale, avec du suspense, des meurtres et une enquête passionnante aux côtés de personnages différents. J’avoue tout de même avoir été déstabilisée à certains moments ou j’ai eu du mal à suivre, mais dans l’ensemble je pense avoir compris l’histoire, et surtout à l’aide du dénouement qui est très bien organisé pour nous dévoiler les informations tant attendues. C’est le second de cet auteur, qui je pense est d’un niveau supérieur au premier, je pense donc que le troisième sera encore meilleur 🙂


Les personnages

On découvre et on suit dans ce roman deux personnages que je dirais principaux. En premier lieu un flic, le lieutenant Mercier, pour qui je n’ai pas ressenti que de la sympathie, il m’est apparu très peu agréable. Il va être au cœur de l’enquête, et sera même son instigateur, pour faire tomber le baron de la drogue dans la région. On découvre aussi un journaliste, Filibert Fontaine, et c’est d’ailleurs à travers lui que l’on va voir évoluer l’intrigue. Ce personnage m’a paru beaucoup plus attachant que le flic, et j’ai apprécié être à ses côtés dans ce roman.


La forme

Ce roman était dans l’ensemble agréable à lire, mais, un point assez négatif que je dois souligner, c’est qu’il y a eu de nombreux mots ou expressions que je ne connaissais pas et cela m’a ralenti dans ma lecture et j’ai eu du mal à comprendre certains passages. Hormis cela, les paragraphes courts nous maintiennent en haleine, j’ai apprécié le suspense, les nombreux rebondissements et les surprises constantes au fil de l’intrigue.


Le fond

En fait il y a beaucoup de chose dans ce roman. Le fond de l’histoire c’est le démentèlement de la plus grosse organisation distributrice de drogue dans la région. Pour cela, un infiltré doit aider les flics. Mais cet indic n’est pas un homme comme les autres. Pendant ce temps, de nombreux crimes sont perpétrés et notre journalistes va tenter de mener son enquête, parallèlement à celle de la police.

LA FABRIQUE DES BÂTARDS

Magnus Latro

RÉSUMÉ : L’enlèvement d’un nouveau-né à ses co-parents déclenche une série de violences. Les forces de sécurité peinent à contenir des bandes armées. Des familles entières tentent de s’enfuir de zones urbaines qui ont fait sécession. Dans cette ambiance insurrectionnelle, les enquêteurs s’efforcent de retrouver l’enfant et d’identifier son ravisseur. Des groupes d’influence et des organisations politiques brouillent les pistes. L’inspecteur Ledhu explore toutes les hypothèses mais son enquête lui échappe. Victor Perrodeau, son principal suspect, est pris en chasse par les hommes de main d’un magnat du porno et de sa fille, envoûtante et nocive. Les filets se resserrent autour des protagonistes de cette traque sans pitié qui traverse des territoires bouleversés. Le fugitif qui cherche à préserver le secret de la nouvelle famille de l’enfant, doit échapper à ses poursuivants. L’enquêteur va devenir un danger et sa vie sera menacée. Au commencement était une idée simple : partager les nouveaux-nés entre toutes les familles en désir d’enfant. Un écho à cette proposition de Yann Moix : « La vraie révolution, la vraie égalité totale, ce serait de mélanger les bébés à la naissance comme dans La vie est un long fleuve tranquille. » La fabrique des bâtards est un thriller politique et social, l’histoire d’une traque impitoyable. C’est un roman d’aventure qui dessine un futur possible. Êtes-vous prêts à plonger dans le monde d’après ?


Avis général

J’ai découvert ce roman grâce à un service presse, il est vrai que le titre est un peu particulier et je ne me serais surement pas penchée dessus dans d’autres circonstances. Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Le début du livre m’a plutôt plu, le sujet était accrocheur et l’intrigue intéressante. Mais dans la suite de ma lecture il y eu plusieurs passages plus monotones, de nouveaux personnages pour lesquels je n’ai pas compris le rôle, tout s’est un peu mélangé et cela quasiment jusqu’à la fin, c’est assez dommage car je pense avoir loupé certaines choses. Mais j’ai tout de même passé un moment agréable en compagnie de Victor, et de l’inspecteur Ledhu. C’est le premier livre de cet auteur et c’est très prometteur, j’ai hâte de lire le second.


Les personnages

On découvre d’abord un couple, Mélanie et Dylan, dont l’enfant va être au coeur d’une sacrée polémique et qui va constituer une bonne partie de l’histoire. Si on peut arriver à apprécier Mélanie, Dylan n’est pour moi pas un personnage des plus attachants. On découvre ensuite Victor, le frère de Mélanie ainsi que sa fiancée Fiona et son meilleur ami Antoine. Victor que l’on va suivre une bonne partie du livre est lui, au contraire de Dylan, est personnage que l’on va aimer. L’inspecteur Ledhu m’a lui décontenancée, car je l’ai détesté comme je l’ai apprécié en fonction des situations. Et puis des tas d’autres personnages qui ne font que passer. Un mélange qui n’est pas toujours facile à suivre et à comprendre.


La forme

Le livre est divisé en paragraphes qui nous racontent chacun un évènement dans l’intrigue. Ce qui aide à bien suivre et ne pas se perdre. Sauf que certains paragraphes concernent des évènements que je n’ai pas compris au moment ou je les lisais, je me suis demandée ce que ça pouvait bien venir faire dans l’histoire jusqu’au moment où tout se met en forme. Mais du coup j’ai été un peu larguée et je me suis encore plus égarée lors du dénouement quand tous les personnages se sont mélangés. L’histoire nous est aussi racontée du point de vue de plusieurs des personnages, mais contrairement à d’autres livres, on ne se perd pas pour autant. Et donc malgré quelques petits points négatifs, c’était une lecture fluide et agréable.


Le fond

Mélanie et Dylan décident d’adhérer au programme Coparpar qui va confier leur enfant à d’autres parents. Mais ils sont loin de se douter que l’enfant va être enlevé à ses nouveaux parents et que cela va causer un soulèvement de la population dans les cités, et que dans de nombreuses villes, les populations et les forces de l’ordre vont s’affronter dans de violents combats. Victor va organiser sa fuite car il est recherché par la police mais aussi par une douteuse organisation. On va suivre les nombreux rebondissements de sa traque, mais aussi l’enquête de l’inspecteur Ledhu pour retrouver le kidnappeur de l’enfant. Tous les deux vont mener une lutte sans relâche et devront fuir pour sauver leur peau.