INTRIGUE à UçHISAR

ALAIN ARNAUD

Nombre de pages : 152Date de parution : 04 janvier 2022Catégorie : Suspense

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Semra, une traductrice turque, collabore pendant quelques jours avec Thibault, ingénieur commercial. Celui-ci est en Turquie pour négocier un contrat industriel de satellite d’observation avec les autorités militaires du pays.
Leurs destins vont se croiser dans le cadre féérique de la Cappadoce, en Anatolie centrale. Au cours d’un travail de traduction à huis clos, ils vont faire face à un danger imprévu. Les événements révèlent alors deux êtres sensibles traversant des épreuves personnelles. Le cours de leur vie en sera bouleversé.


Avis général

Alors je dois avouer que la couverture ne m’a pas vraiment inspirée, je n’ai pas commencé la lecture dans les meilleures conditions. Mais très vite, je me suis rendu compte que j’avais mal jugé ce livre, et j’ai été très vite intéressée par l’histoire. Malgré les nombreux passages de descriptions, je n’ai pas vraiment réussi à imager les paysages, c’est dommage, car ça m’aurait permis de m’imprégner encore plus de l’ambiance des lieux, mais je suis passer outre et j’ai tout de même pris un rée plaisir avec cette histoire. Certes, c’était plus calme que ce que je lis d’habitude, le suspense est là, mais à petite dose, je trouve que l’on est plus dans les émotions qu’autres chose, et ça m’a parfaitement convenu. J’aime ces lectures un peu plus légères et qui me permettent tout de même de passer un bon moment. J’ai aimé découvrir Thibault et Semra, deux écorchés de la vie qui vont devoir collaborer. Lu en quelques heures, ce livre s’est révélé plutôt addictif, il fallait que je sache si les deux personnages vont finir ensemble ou pas !


Les perSOnnages

 Il y a donc dans ce roman deux personnages importants. La priorité est faite sur Thibault, c’est sur lui que toute l’histoire repose. Je dois avouer que j’ai ressenti une réelle empathie pour lui, et oui je me suis attachée à cet homme que la vie n’épargne pas. Il en est de même avec Semra qui elle aussi a vécu des moments difficiles, mais qui prend sa vie en main pour s’en sortir. C’est un joli duo que nous propose l’auteur, ils vont à eux deux nous procurer un maximum d’émotions.


La forme

 J’ai beaucoup aimé la plume de cet auteur que je découvre. Il y a certes beaucoup de descriptions des lieux, mais cela nous plonge encore plus dans l’histoire, on pourrait presque entendre les sons, sentir les odeurs, il n’y a que les paysages que j’ai eu du mal à imaginer, ne connaissant pas du tout les lieux où s’est déroulée une grande partie du livre. La lecture est fluide, agréable, j’ai d’ailleurs terminé ce roman en quelques heures, j’étais à fond, je devais savoir si oui ou non les deux personnages allaient finir ensemble, le suspense à durer jusqu’à la dernière ligne. Je pense que ce n’était pas vraiment une grande surprise, mais la fin a été apportée subtilement, ce qui a fait que j’ai réussi à douter jusqu’au bout.


LE FOND

 L’histoire n’est en elle-même pas transcendante au regard de ce que je lis d’habitude, mais dans sa catégorie, ce livre vaut le coup d’être lu. On va suivre Thibault pendant les quelques mois de sa vie où il va se remettre en question, avancer dans sa vie personnelle en priorité, car sa vie professionnelle ne lui apporte finalement que des ennuis. C’est assez intéressant, car finalement, son introspection peut nous pousser à en faire de même, à réaliser qu’on se complaît dans un travail et dans une vie qui finalement ne nous conviennent pas, et qu’il faut parfois saisir les occasions qui se présentent à nous pour bousculer notre destin. Voici ce que va faire Thibault dans ce livre.

PORN IS BORN

STANISLAS PETROSKY

Nombre de pages : 220Date de parution : 24 mars 2022Catégorie : Suspense

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Rachida Achouri est flic. Pas toujours facile lorsque l’on est d’origine algérienne et très typée. Encore moins lorsque l’on est célibataire et que l’on consomme les hommes selon ses envies. Surtout si lesdites envies sont à la limite de la nymphomanie. Un soir, un appel tombe sur toutes les radios de la BAC : Yvon Dessuther, le président du FAF, le grand parti d’extrême droite est victime d’un « saucissonnage » à son domicile. Rachida décide d’intervenir seule au grand dam de ses supérieurs. Elle neutralise les ravisseurs, mais cède à la provocation de Dessuther et le tue sans le vouloir. Elle se réveille plus tard dans un lieu qui lui est inconnu, un centre d’entraînement de la DGSI. Déclarée décédée, elle n’existe plus, est rayée de partout. Rachida va suivre une formation pour devenir une exécutrice de l’ombre de la république, elle va devenir Stella Finck, sa couverture pour officier : star du porno…


Avis général

Ce n’était que mon second livre de l’auteur, mais j’ai retrouvé tout de suite sa marque de fabrique. Les personnages étonnants, complètement décalés, posés dans une intrigue particulière. Je le redis, ça ne peut pas plaire à tout le monde, il ne s’encombre pas à tourner autour du pot, les mots sont dits, posés et assumés, décomplexés, que certains pourraient qualifier de vulgaires. Oui, mais c’est ça qui fait le charme des romans de Stanislas (non je ne l’aime pas que parce qu’il porte le même prénom que mon fils, j’aime vraiment ses romans !) Malgré le contexte particulier, je me suis surprise à avoir peur pour Stella, car il y a aussi du suspense dans ce livre. Même si je dirais que l’intrigue reste assez simple, malgré quelques surprises, je me suis facilement laissée embarquée et j’ai tourné les pages sans vraiment m’en rendre compte, oui, j’ai passé un bon moment.


Les perSOnnages

On découvre Stella, une femme avec un sacré caractère, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, mais qui va pourtant se laisser dominer parce qu’elle n’a pas le choix. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle sera totalement soumise. J’ai apprécié sa personnalité de femme forte et libre, même si je ne cautionne pas tout ce qu’elle peut faire. En résumé, j’ai ressenti de l’affection pour elle, assez pour que je puisse avoir peur à de nombreux moments.


La forme

Les romans de Stanislas sont facilement reconnaissables de part le style d’écriture qui lui est propre. Âmes sensibles s’abstenir, il y a des scènes et des mots choquants pour les plus fermés d’esprit. Moi ça ne me gêne pas, et si on écrivait la même histoire avec un style plus classique, le livre deviendrait insipide, inintéressant. On reste néanmoins sur une histoire relativement simple, je n’ai pas ressenti un suspense intense, mais j’ai trouvé que les rebondissements proposés en apportaient tout de même assez pour nous maintenir en haleine du début à la fin. J’ai apprécié la lecture de ce court roman qui se lit d’une traite quand on est bien motivé 🙂


LE FOND

Stella, ancienne flic reconvertie en star du porno. Alors la, je dois dire que j’ai été plus que surprise en lisant le résumé. Mais quand on voit l’auteur, finalement il n’y a rien de vraiment surprenant. Il a réussi à broder une intrigue intéressante autour du personnage, vraiment il fallait de l’imagination pour le faire. On se retrouve dans un monde à part, celui que nous propose l’auteur, et ceux qui ont l’habitude de lire ses romans devraient se retrouver facilement dans celui-ci.

UNE ÂME FLOTTANTE

Philippe marly

Nombre de pages : 190Date de parution : 21 février 2021Catégorie : Suspense

Note : 3 sur 5.

RÉSUMÉ

Justine voit sa vie se fracturer, lorsque son compagnon, Marc, disparaît dans le tsunami de décembre 2004 au Sri Lanka. Elle s’abandonne à d’autres bras, mais son âme s’accroche au fantôme de Marc. Lors d’une étrange soirée dans un manoir à la campagne, Justine fait la connaissance de Sylvie. Elles vont devenir rapidement amies. Une relation très particulière va se nouer entre les deux femmes….
Chaque personne peut-elle cultiver en elle le jardin secret de sa propre renaissance ? Une initiation à la vie est-elle toujours possible ? Existe-il une possibilité de bonheur après la catastrophe ? N’est-ce pas là une ambition déraisonnable ? Quand devient-on une âme flottante ?


Avis général

Il m’arrive régulièrement de sortir de ma zone de confort en me plongeant dans des romans qui ne correspondent pas vraiment à mes genres de prédilection et c’est en général de très belles réussites. Malheureusement, ce n’a pas été le cas avec ce livre et je m’en excuse auprès de l’auteur, je pense que je suis totalement passée à côté. Pas le bon timing, sûrement, et donc je n’ai pas vraiment compris l’histoire, là où l’auteur voulait nous emmener et surtout, quelle était finalement la morale. J’ai lu ce livre assez rapidement, mais pas vraiment avec entrain, j’ai trouvé la lecture complexe, car le langage était pour moi soutenu, je suis plus adepte des écritures simples et faciles. Néanmoins, je pense qu’il y a un lectorat pour ce roman qui saura l’apprécier à sa juste valeur, alors n’hésitez pas à sauter le pas et surtout à vous faire votre propre avis.


Les perSOnnages

Tout tourne autour du personnage de Justine. Suite à la perte de son compagnon, elle n’a plus goût à la vie, elle va aussi collectionner les amants. Personnage un peu étrange pour moi que je n’ai pas vraiment réussi à cerner, et comme je suis complètement passée à côté de l’histoire, c’est assez difficile pour moi d’en dire plus.


La forme

La construction du roman est plutôt agréable pour la lecture, mais j’ai trouvé la plume de l’auteur trop soutenu pour moi, j’avais parfois l’impression de ne rien comprendre à ce que j’étais en train de lire, et c’est donc assez difficile de vraiment se plonger dans l’histoire. Comme je l’ai déjà dit, ce n’est que mon propre ressenti, on ne peut pas toujours tout aimé, et donc même si cette lecture ne m’a pas vraiment plu à moi, il y a forcément des gens qui aimeront donc il faut aller au-delà d’un retour de lecture et savoir se faire son propre avis.


LE FOND

Je pense qu’il y a un vrai fond à cette histoire, que je n’ai malheureusement pas su déceler. L’auteur ne nous raconte pas l’histoire de Justine par hasard, je pense tout de même qu’il veut nous amener à une remise en question, à se poser des questions sur qui nous sommes, mais aussi sur la façon dont nous vivons. J’espère ne pas me tromper en disant cela, mais c’est en tout cas l’esprit qui ressort de ce livre.

ENTRE RÊVE ET TOURMENTS

PHIL KALEAN

Nombre de pages : 252Date de parution : 12/10/2021Catégorie : Romance – Suspense

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Bastian, journaliste français en vacances en Tunisie, porte secours à Fatine, une jeune femme en proie à une tentative d’intimidation de la part de policiers véreux. Il sympathise avec elle, et découvre une cyberdissidente très active. Elle lui demande un coup de main pour recueillir des témoignages mettant en exergue la brutalité et le despotisme du régime. Il accepte, sans se douter de l’aventure effroyable qui les attend dans un pays au bord de l’ébullition. Nous sommes le 17 décembre 2010, jour où Mohamed Bouazizi, vingt-six ans, s’immole


Avis général

J’ai découvert ce roman sur proposition de son auteur. Je m’y suis plongée sans apriori, ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre. J’ai été plongée dans un lieu, une époque et des évènements que je ne connaissais pas, sans pour autant que j’en sois dérangée. J’ai suivi des personnages attachants, qui vont mener un combat pour la liberté, leur liberté… Ce roman est plein de suspense et de rebondissements qui rythment la lecture, je ne me suis pas ennuyée une seconde. J’ai été séduite par ce roman et l’écriture de son auteur, mais, parce qu’il y a toujours un mais, la fin, non mais là je ne suis pas d’accord, ce n’est pas possible de finir comme ça… Du coup s’il y avait une suite, Phil, saches que je suis preneuse 🙂


Les perSOnnages

Le premier personnage important à l’histoire est Bastian, ce journaliste français en vacances en Tunisie et qui va se retrouver au milieu d’une quête de liberté par un groupe de jeunes Tunisiens. J’ai apprécié ce personnage dès le début, avec son rôle que je dirais de « sauveur », celui qui a souvent les bonnes idées et qui sait parfaitement jouer le meneur dans un groupe.

Le second personnage est Fatine, une jeune militante qui est en quête de liberté pour son pays. Jeune femme au caractère bien trempé, j’ai réussi à l’apprécier même si elle m’a souvent énervée, jusque dans les dernières pages.

De nombreux autres personnages gravitent autour de ce duo improbable, tant que je ne pourrais pas tous les citer, mais en tout cas, j’ai vraiment apprécié le mélange des genres et des personnalités.


La forme

J’ai trouvé la lecture de ce roman, agréable, je me suis totalement plongé dans l’histoire dès les premières lignes, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Les nombreux rebondissements permettent de garder un rythme soutenu et de maintenir un suspense omniprésent. Les pages se tournent à une vitesse incroyable jusqu’à la fin et quelle fin, inattendue, j’en reste bouché bée, je ne pensais pas que tout allait se terminer de cette manière, c’est sans doute ma seule déception, car pour tout le reste, c’est une très belle réussite.


LE FOND

L’auteur nous plonge avec son roman dans des heures sombres pour la Tunisie, celles de la chute d’un dictateur, et du combat des jeunes Tunisiens en quête de leur liberté. Comme quoi tout peut arriver quand on décide de se battre… Ces jeunes, aider par notre journaliste, iront jusqu’au bout, jusqu’à côtoyer l’horreur pour arriver à leur fin. Mêlée à cela une histoire d’amour afin de nous émouvoir un peu plus, ce roman est une belle réussite et une très belle découverte pour moi.

NB : pour ceux qui comme moi attendaient une autre fin, l’auteur propose un chapitre secret sur simple demande 😉

DÉNOUEMENT à MAJORQUE

LLUC ANTONI

Nombre de pages : 204Date de parution : 02/12/2020Catégorie : Suspense

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Six amis se rencontrent de temps à autre pour jouer au billard ou passer de bons moments. Arrivés à la retraite ils sont rattrapés par la maladie et décident de terminer leur vie en beauté. Un de leur compagnon va les conduire vers des aventures qu’ils ne sont pas habitués à vivre et qui vont finir par les dépasser. Comment cela va t il se terminer ?


Avis général

J’ai découvert ce court roman car l’auteur m’a proposé sa lecture. Je m’excuse d’ailleurs pour le délai, car il était depuis longtemps dans ma PAL, et je ne regrette pas de l’ avoir sorti. On découvre dans ce livre 6 « vieux », un peu malades sur les bords, qui vivent une vie plutôt paisible en attendant leur derniers jours. Mais sous l’impulsion de l’un des leurs, ils vont forcer leur destin. Je dois avouer que j’ai bien rigolé lors de ma lecture, bah oui les vieux ne sont pas tous grincheux. Il y a dans cette histoire, un mélange d’humour, d’amitié, de fidélité, mais aussi un brin de suspense. J’ai été émue lorsqu’arrive ce qui devait arriver, je m’étais attachée à ces personnages atypiques. Merci à l’auteur pour cette jolie lecture qui m’a fait sortir de ma zone de confort.


Les perSOnnages

On rencontre dans ce livre 5 petits, vieux, chacun avec sa maladie, son caractère, sa personnalité, son origine, ils sont vraiment tous différents, avec leurs défauts et leurs qualités. Et il y a le 6 ème, un peu plus jeune, plus combatif, plus déterminé, celui qui va les entraîner dans sa folle aventure, là ou ils vont prendre en main leur destin. Je me suis attachée à ce petit groupe, sans préférence pour l’un d’entre eux, même pas pour Levy, celui qui est à l’origine de leur folle histoire.


La forme

Je dois avouer que je me suis posé beaucoup de questions au départ, j’ai trouvé les premiers chapitres assez plats, mais finalement utiles car l’auteur nous fait découvrir chacun des personnages, et c’est ce qui va nous permettre de nous attacher à eux. Puis l’histoire commence enfin, il y a enfin des rebondissements, des moments où on a peur pour nos vieux, le suspense est grandissant, et j’ai été bien surprise à de nombreuses reprises, je ne m’attendais pas à certains événements. L’écriture était quant à elle efficace, la lecture fluide et agréable.


LE FOND

L’auteur nous propose dans ce livre de découvrir 6 vieux, tous malades, qui se retrouvent pour passer des bons moments ensemble. Sous l’impulsion de Levy, un ancien militaire, ils vont se transformer en Robin des bois des temps moderne pour provoquer leur destin. Tous ensemble, ils vont nous donner une belle leçon d’amitié, du genre un pour tous et tous pour un, c’est ce qui m’a touché dans cette lecture. Arriveront-ils à mener à bien leur mission ?

CHICAGO ROSES

PIERRE-HENRI CAUZIC

Nombre de pages : 267Date de parution : 25/05/2018Catégorie : Suspense

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Danny Tyler est un ancien flic radié du CPD pour faits de corruption. Il est devenu simple détective privé pour survivre et alcoolique pour oublier.Son ancien équipier Bob Tierney fait appel à lui pour l’aider dans la traque d’un serial-killer impitoyable qui enlève, séquestre et tue des jeunes femmes dans la Ville de Chicago.La police le surnomme Crazy Doc à cause de sa mauvaise habitude de faire des expériences médicales sur ses victimes.Après avoir rencontré Eva, une femme perverse et sulfureuse, Danny va devoir mener simultanément son enquête et une vie dissolue dans la Capitale du Crime: Chicago.Mais les choses ne se passent pas comme prévu…


Avis général

Pour ne pas changer, j’ai découvert l’auteur et son roman grâce à un service presse. Même si cette lecture ne pas m’a transportée outre mesure, j’ai apprécié l’histoire, le contexte, les personnages, et surtout le final totalement inattendue. L’auteur nous propose tout ce qui fait un bon polar, du suspense, des rebondissements, les éléments essentiels, accompagnés d’un peu d’amour pour la forme. J’ai apprécié suivre Danny, cet ancien flic avec une vie pas vraiment intéressante mais qui va se donner corps et âme pour mener à bien son enquête. Il saura au fil du roman m’attendrir et je me suis finalement attachée à lui, si bien que j’ai déjà ajouté dans ma pal sa seconde enquête.


Les perSOnnages

Le personnage principal de ce roman, Danny Tyler, est un ancien flic radié du CPD. Totalement à la dérive depuis, il mène une vie pas du tout passionnante, bien au contraire, il se console dans l’alcool. De caractère plutôt pessimiste quand on le rencontre, il va pourtant reprendre du poil de la bête lorsqu’il décide de se lancer à la recherche de l’assassin qui tue des jeunes filles. Et c’est là que je me suis laissée attendrir par ce détective qui devient prêt à tout pour terminer son enquête. Il nous dévoile alors son vrai caractère et arrive à nous faire passer des émotions. J’ai hâte de le retrouver dans sa seconde enquête.


La forme

J’ai retrouvé dans ce roman tout ce qui constitue un bon polar. Un personnage atypique, des meurtres, une enquête pleine de suspense et de nombreux rebondissements qui maintiennent le rythme du roman. Une écriture simple mais efficace, une lecture fluide et agréable sont des points positifs à souligner. On se pose des questions tout au long du livre, et le final est parfaitement amené, sans que l’on se soit douté de rien. Je reste quand même un peu sceptique sur la fin car, de mon point de vue en tout cas, il me manque quelques informations. Peut-être les aurais-je dans le second livre avec Danny ?


LE FOND

L’auteur nous propose dans ce livre de partir à la recherche d’un assassin un peu particulier, car il réalise des expériences médicales sur ses victimes. Pour traquer ce meurtrier, il nous propose un ancien flic devenu détective, qui va être malgré lui impliqué dans l’enquête. Il va mener son enquête en parallèle de celle de la police, et grâce à ça, sa vie va reprendre un sens, il va même penser retrouver l’amour. C’est bien entendu Danny qui va donner tout son sens à ce roman.

LA COLLINE

L. A. BAILEY

Nombre de pages : 425

Date de parution : 08/10/2021

RÉSUMÉ :  » La Colline du crack, un monde à part aux portes de Paris. Dans cet enfer où errent les âmes perdues, un prédateur rôde.
Lorsque des prostituées sont retrouvées sauvagement assassinées, l’affaire est confiée au capitaine Lukas Drakovic du DRPJ. Avec son groupe, parviendra-il à mettre fin à cette folie meurtrière ?
À mi-chemin entre le roman noir et le thriller, inspirée de faits réels, la Colline est une descente vertigineuse dans une réalité brutale.
Parfois, les véritables coupables ne sont pas toujours ceux que l’on croit… »


Avis général

Wahou ! Voilà comment résumer ce livre en un seul mot. Je ne m’attendais pas du tout à ça ! A aimer autant les personnages, à m’attacher à eux, à aimer le fond de l’histoire comme sa construction, à ressentir autant d’émotions, bref tout ce qui fait un excellent roman ! On retrouve tout ça ici et c’est génial ! J’étais tellement triste de tourner la dernière page, j’en voulais encore ! Lukas, Anna je vous aime ! Vous et vos caractères bien spéciaux, mais tellement attachants quand même !

Même si j’ai trouvé le début peut être un peu long, une fois rentrée dans le vif du sujet, j’ai été happée par un suspense constant, à me poser des tonnes et des tonnes de questions, et même si j’avais deviné certaines petites choses, le plaisir du final ne fût pas amoindri. L’auteure a su parfaitement nous emmener où elle le souhaitait, nous faire passer ses émotions à travers sa plume simple mais si juste. J’ai déjà hâte de découvrir ses autres romans !

Pour finir, j’ai tellement aimé ce livre que j’ai lu les 400 pages en quelques heures seulement, il était inconcevable de remettre au lendemain la fin, il me fallait savoir à tout prix ! Attention roman addictif en vue !!


Les perSOnnages

On a tout d’abord le capitaine Lukas Drakovic. Un homme au caractère bien spécial mais au cœur tendre. Je me suis tout de suite attachée à lui, à ce qu’il est, à son histoire. Mais il n’y a pas que lui dans l’équipe d’enquêteurs, il y a aussi Leah, à l’image de son supérieur, un caractère bien à elle, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et sait s’affirmer quand il le faut, mais avec un petit cœur tendre également. Et le dernier de la fine équipe, Rocco, qui est plus discret mais que l’on appréciera tout autant que ses deux collègues. Le trio « cliché » comme je l’appelle puisque l’on retrouve assez souvent cette hiérarchie mais attention, ça ne me déplaît pas pour autant au contraire, c’est un juste milieu parfait.

Et puis d’un autre côté, on retrouve Anna, une jeune maman célibataire, avocate, qui sait parfaitement gérer sa vie professionnelle et un peu moins bien la personnelle. Je l’ai trouvé très arrogante au départ, dans les premiers chapitres, je n’aimais pas ce qu’elle laissait paraître. Mais plus j’ai avancé dans l’histoire, plus j’ai appris à la connaître et quand les barrières sont tombées, je l’ai aimé autant que j’ai aimé Lukas. Oui j’ai kiffé grave ces deux personnages qui m’ont permis d’être à fond dans l’histoire.

Et puis tout autour gravitent différents autres personnages, certains que j’ai aimé, d’autres que j’ai détesté, mais il faut de tout pour construire une bonne histoire qui n’en serait pas une sans un minimum de « méchants ».


La forme

A part le début que j’ai peut être trouvé un peu long, une fois rentrée dans l’histoire, je n’en suis plus sortie avant la fin du livre. La plume de l’auteur est simple, efficace, la lecture fluide et agréable, un livre qui une fois ouvert ne se ferme pas avant d’avoir tourné la dernière page. Un roman addictif comme j’en ai peu rencontré jusqu’à maintenant, car il faut vraiment être à fond pour avaler 400 pages d’un coup ! Un exploit pour moi et donc rien que pour ça je félicite l’auteure de sa prouesse. Les chapitres nous permettent de faire des pauses, pour reprendre notre souffle dans une intrigue avec un suspense omniprésent, mais, à chaque paragraphe son rebondissement, ça ne s’arrête jamais. Tout ce que j’aime dans ce type de livre, ce n’est pas l’ennui, des émotions, de la peur, de la joie, des questions auxquelles on attend des réponses qui parfois tardent à venir et nous poussent à tourner et tourner les pages, encore et encore. 


LE FOND

L’auteure nous plonge, sans vraiment nous submerger, dans un monde que l’on sait exister mais dont on ne veut pas se soucier. Celui de ces sans-abris qui sont contraints de tout pour vivre et pour se payer leur crack pour la plupart. Un sujet difficile mais parfaitement maîtrisé par l’auteur. On la sent vouloir être au plus proche de la vérité tout en nous proposant une fiction. Des jeunes femmes, prostituées et droguées, sont tuées et violées par un homme mystérieux. Lukas et son équipe vont tout faire pour mettre la main sur cet homme, et ils vont se rendre compte que les gens ne sont pas toujours ce qu’ils paraissent être. Alors oui, l’auteure nous offre des meurtres sur un plateau, de la violence, mais aussi un peu (voir beaucoup d’amour) parce que ça fait du bien (même dans ce type de roman) et parce que ça rend toujours les sujets un peu plus faciles à digérer.

DÉLIVREZ-NOUS DE LA TENTATION

JEAN-PIERRE LEVAIN

Nombre de page : 384

Date de parution : 28/09/2021

RÉSUMÉ : Un professeur de faculté, de confession juive, à la réputation d’être trop proche de ses élèves est tué à l’arbalète. La situation se complique quand sa protégée en date est retrouvée carbonisée au milieu de nulle part.
Entrent alors en scène un inquiétant malfrat au physique de lutteur, un drôle de proxénète en recherche de notoriété, ainsi qu’un redoutable sniper à la gâchette facile.
Le SRPJ de Lyon, mené par Gaëlle Lebras et Fred Brazier, s’empare de l’affaire, complexe, entre crime à connotation antisémite et prostitution étudiante.


Avis général

J’ai découvert le premier roman de Jean-Pierre, « Les femmes ne plaisantent pas avec l’amour » grâce à un service presse et c’est une lecture que j’ai vraiment adoré. J’étais très impatiente que le second sorte et très fière que l’auteur me propose à nouveau de chroniquer son livre. C’est donc avec un grand enthousiasme que je me suis lancée dans la lecture, qui a été totalement à la hauteur. J’ai apprécié retrouver des personnages connus, pour qui je m’étais déjà prise d’affection dans le premier livre, et j’étais heureuse de constater qu’ils n’ont pas changé. J’ai aussi été séduite par l’intrigue qui s’est avérée très complexe, ponctuée de meurtres, de rebondissements, avec donc un suspense sans faille, tout y est dans ce roman. J’ai déjà hâte de lire le suivant, je suis vraiment fan de la plume de Jean-Pierre.


Les perSOnnages

J’ai été contente de retrouver le duo de flics que j’avais déjà apprécié. D’un côté le commandant Frédéric Brazier, proche de la retraite, récemment en couple avec son amour de jeunesse Eva, est le « calme » du duo, enfin calme quand il veut mais c’est un homme réfléchi. Et puis il y a sa complice, le capitaine Gaëlle Lebras, plus impulsive, avec un sacré caractère, mais tout aussi attachante. J’aime ce duo improbable, leurs échanges, et suivre leur vie personnelle aussi. Le fait de ne pas les voir que dans leur milieu professionnel permet de mieux les comprendre et de les apprécier aussi pour ce qu’ils sont en tant que personne.

Pour les autres personnages liés à l’intrigue, c’est un mélange de méchants (beaucoup), de gentils (pas beaucoup), mais vraiment aucun à qui j’ai pu m’attacher car je sais qu’ils ne sont de passage que dans le livre, et dans ce cas, je reste assez impassible.


La forme

Pour commencer, j’aime toujours autant la plume de l’auteur, précise, actuelle, sobre mais qui sait nous emporter dans l’histoire et nous transmettre tout le suspense et les émotions. La lecture est ainsi tellement fluide et agréable, le texte est séparé en paragraphes très bien délimités qui nous permettent de faire des pauses dans la lecture. La tension retombe ainsi, le suspense n’est pas oppressant comme cela peut l’être parfois, et même si j’aime ça, cela ne me dérange pas du tout de ne pas avoir cette oppression dans les romans de Jean-Pierre car il y a beaucoup d’autres choses qui font le charme de ses livres.

J’aime aussi le fait que l’auteur ne fait pas que nous narrer une intrigue, il nous raconte aussi une histoire. De nombreux paragraphes nous permettent d’en savoir plus sur les personnages et sur plein d’autres choses. J’apprécie cette façon de faire particulière à l’auteur.


LE FOND

L’auteur nous propose différents sujets dans ce livre, mais le principal et au cœur de l’intrigue, ce sont les relations entre professeurs et étudiants. Un sujet je pense très délicat, qui met à jour des faits réels, mais qui a été très bien étudié par Jean-Pierre pour nous proposer tout de même quelque chose d’assez soft. Tout ça mélangé au domaine de la prostitution, un autre sujet brûlant. Le mélange des deux pourrait être explosif, mais comme je le disais, l’auteur n’en a pas trop fait, juste ce qu’il faut pour une intrigue intéressante. On va donc courir dans ce livre après un ou plusieurs assassins, seule la lecture nous le dira !

J’AI TUÉ MON BEAU-PÈRE

EMILIE TULLE

Nombre de page : 384

Date de parution : 28/09/2021

RÉSUMÉ : Mars 2016, dans un quartier paisible situé dans une ville contrôlée par un homme puissant, Jaylyne âgée de 15 ans, assiste impuissante au meurtre de son père, Henri Plummer. Il a juste eu le temps de lui communiquer des codes et lui a demandé de partir pour retrouver une personne. Entre des mensonges, des trahisons et de douloureux secrets, sa vie va basculer, impossible de revenir en arrière.
Le suspense est à son comble, à chaque chapitre à sa dose de rebondissements.


Avis général

C’est encore grâce à un service presse que j’ai découvert l’auteure et son roman « coup de poing ». Moi qui ai l’habitude de lire pour m’endormir, je n’ai pas réussi à fermer l’œil tant j’ai été tourmentée par l’histoire, ça m’a clairement remué les tripes. J’étais tantôt en colère, tantôt triste, je suis passée par pleins de stades, j’ai même versé quelques larmes.

J’ai tellement été touchée par la vie de Jayline, parce que je me dis que beaucoup de scène se passe sans doute réellement et ça c’est inacceptable.. En bref, si tu veux une bouffée d’émotions, si tu as envie de scènes difficiles, alors ce livre est pour toi. Âmes sensibles s’abstenir.. Bravo à Emilie car c’est rare que je sois aussi remuée après avoir terminé une lecture.


Les perSOnnages

Le personnage principal, Jayline, une jeune adolescente, ne cherche qu’à vivre une vie tranquille. Sa vie difficile la rend touchante, elle nous fait passer de fortes émotions, on ne peut que ressentir de l’empathie pour elle, j’avais envie de la protéger comme si c’était ma petite sœur, vraiment son histoire m’a fait beaucoup de peine, c’est un personnage très attachant.


La forme

Ce roman est vraiment très bien écrit, l’auteure a su parfaitement choisir les mots, tourner les phrases pour nous faire passer un maximum d’émotions. Le texte est plutôt court, je l’ai lu d’une traite et le fait de ne pas faire de pause à décupler les émotions. J’ai vraiment adoré cette lecture qui m’a vraiment touchée, c’est pour moi une très belle réussite, je ne m’attendais absolument pas à ça lorsque j’ai lu le résumé, ce fût une très bonne surprise.


LE FOND

Les scènes sont parfois choquantes mais tellement réelles, et c’est très bien réussi, ce n’est ni trop ni pas assez, tout est bien dosé et je pense que ça n’a pas dû être facile. Jayline est donc une adolescente maltraitée qui veut fuir son bourreau, mais tout n’est pas si simple et on se demande si elle va s’en sortir vivante. Un grand merci à Emilie pour m’avoir fait découvrir son magnifique ouvrage.