LES SŒURS DE MONTMORTS

JÉRÔME LOUBRY

Nombre de pages : 425Date de parution : 25 août 2021Catégorie : Thiller

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Novembre 2021. Julien Perrault vient d’être nommé chef de la police de Montmorts, village isolé desservi par une unique route. Alors qu’il s’imaginait atterrir au bout du monde, il découvre un endroit cossu, aux rues d’une propreté immaculée, et équipé d’un système de surveillance dernier cri.
Mais quelque chose détonne dans cette atmosphère trop calme.
Est-ce la silhouette menaçante de la montagne des Morts qui surplombe le village ? Les voix et les superstitions qui hantent les habitants ? Les décès violents qui jalonnent l’histoire des lieux ?


Avis général

J’ai lu tous les livres de cet auteur alors il était évident qu’il fallait que lise celui-ci, et je n’ai pas été déçue du voyage. Du grand Loubry, comme d’habitude. On retrouve dans ce livre une enquête passionnante ponctuée de nombreux rebondissements, des personnage attachants, et surtout, une fin inattendue, de celle que l’on ne devinera à aucun moment tant tout es bien ficelé, prévu, organisé pour nous tromper. En ce moment, je choisis vraiment bien mes lectures car à chaque fois, mon cerveau est tout chamboulé à chaque fois, comme je l’ai déjà dit, c’est vraiment ce genre de livre qui m’anime, quand rien n’est simple, quand je me fais berner par les auteurs sans que je le vois venir, c’est comme ça que je juge ceux que j’aime ou non. Et là, et bien j’ai déjà hâte de lire le prochain, je sais que cet auteur est une valeur sûre. Si vous doutiez encore, je vous l’assure, lancez-vous, vous ne serez pas déçu.


Les personnages

J’ai beaucoup aimé le personnage de Julien, loyal, honnête, un bon flic comme on on les aime. La majorité de l’histoire se passe à ses côté et c’est plutôt agréable de le suivre dans son enquête. Il y a aussi ses deux coéquipiers qui lui ressemblent finalement, peut-être plus qu’on ne l’aurait imaginé. Il y a encore d’autres personnages, plus ou moins importants, plus ou moins appréciés, que je ne pourrais pas tous citer.


La forme

Comme toujours dans les livres de cet auteur, j’ai retrouvé son esprit tordu une fois la fin du livre arrivée. Je me suis encore laissée surprendre, manipulée, entraîner dans une histoire sans me rendre compte de la supercherie. Suis-je si naïve que ça ? Non ! C’est juste le talent de l’auteur. Une plume efficace, sans fioriture, en découle une lecture fluide et agréable même quand elle est entrecoupée. Une ambiance pesante, stressante même, du suspense, des rebondissements et un dénouement qui nous pète à la tronche ! Encore un roman de qualité pour cet auteur qui n’a plus rien à prouver.


Le fond

Je dois avouer que j’ai eu quelques appréhensions en commençant ce roman, quand j’ai lu qu’il tournait autour de certaines croyances, certains rituels du village de Montmorts. Et peut-être qu’à quelques moments je me suis sentie un peu perdu. Mais j’ai réussi à garder le fil de l’histoire et passer outre tout ça. Que cache donc ce village isolé que tout le monde fuit ? Quel sort maudit entoure ce village ? Que va découvrir Julien en arrivant là-bas ? Autant de questions auxquelles va répondre l’auteur dans ce roman, si vous ne perdez pas la tête avant la fin.

AM STRAM GRAM

M. J. ARLIDGE

Nombre de pages : 407Date de parution : 3 mars 2016Catégorie : Thiller

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale.
Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.
Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.
Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.


Avis général

C’est le premier livre que je lis de cet auteur et pourtant je vois souvent de bons retours, il était donc temps de me lancer. Et je n’ai pas été déçue avec ce premier tome d’une longue série. J’ai adoré l’intrigue, pleine de suspense, de rebondissements, des questions, peu de réponses, on imagine, on se trompe, on croit encore avoir trouvé et non, toujours pas. C’est vraiment ce type de livre que j’affectionne, quand ça me donne du fil à retordre et là j’en ai eu pour mon compte. J’ai aussi apprécié le personnage d’Helen, assez particulier d’ailleurs, et l’auteur nous en dévoile un peu plus sur elle au fur et à mesure. En résumé c’est un très bon livre que j’ai découvert, j’ai hâte de me lancer dans les suites de la série.


Les personnages

Le personnage que je retiens de ce roman est bien entendu Helen. Cette femme que l’on devine avec un passé lourd et compliqué, et qui va pourtant mener cette enquête d’une main de fer. J’aime ce genre de personnage qui représente des femmes fortes. J’ai tout de suite ressenti beaucoup d’empathie envers elle. Je suis contente de savoir que je vais la suivre dans d’autres aventures.


La forme

J’ai beaucoup aimé le style d’écriture de l’auteur, comme je les aime, simple et efficace, je ne me suis pas perdue avec des mots que je ne connaissais pas, bien au contraire, la lecture a été vraiment fluide même si elle a été coupée à de nombreuses reprises. Il a d’ailleurs été très simple de retrouver le fil de l’intrigue et l’ambiance pesante qui était installée. Une bonne dose de suspense, de rebondissements, une intrigue complexe, tout ce qui fait pour moi un bon thriller. Ce livre est une vraie belle découverte.


Le fond

J’ai beaucoup aimé l’intrigue proposée qui ne ressemble à aucune autre. Un tueur qui joue avec les côtés les plus sombres de l’être humain, sauvez sa peau avant celle des autres, ou se sacrifier pour sauver les autres. C’est le choix que devront faire nos malheureuses victimes. Tout est bien ficelé, les indices sont distillés au fur et à mesure, mais la fin n’est pas celle qu’on aurait imaginée, et ça c’est vraiment cool !

LA CITÉ EN FLAMMES

DON WINSLOW

Nombre de pages : 392Date de parution : 04 mai 2022Catégorie : Thriller

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

État de Rhode Island, 1986.
Danny Ryan, 29 ans, est docker. Intelligent, loyal et réservé, il n’a jamais vraiment trouvé sa place au sein du clan des Irlandais qui règne sur une partie de la ville. Son rêve : fuir loin de cet endroit où il n’a pas d’avenir.
Mais lorsque Paulie Moretti, mafieux d’une famille italienne jusque-là amie, s’affiche avec sa nouvelle conquête, Hélène de Troie des temps modernes, Danny se retrouve mêlé à une guerre sans merci à laquelle il ne peut échapper.
Il lui faudra s’imposer enfin et affronter un déchaînement de violence sans précédent pour protéger sa famille, ses amis, et la seule patrie qu’il ait jamais connue.

Avec La cité en flammes, Don Winslow livre le premier tome d’une trilogie magistrale, transposition des épopées antiques : la ville de Providence est Troie incendiée par les Grecs, Danny Ryan un héros homérique digne d’Énée. Une Iliade contemporaine.


Avis général

J’ai eu la chance de découvrir ce livre dans le cadre d’une grande expérience, un READALONG avec 19 autres participants français. Une lecture commune très bien organisée, la première de ce type en France. Et ce fut une expérience formidable. C’est le premier livre que je lis de cet auteur, ce n’est pas ce que je considère comme un coup de cœur, mais j’ai vraiment apprécié l’histoire, les personnages et l’ambiance pesante que l’on retrouve du début à la fin. C’est une guerre des clans aux États-Unis à laquelle on va se confronter, avec le personnage principal, Danny, un homme honnête et loyal, qui va devoir faire des choix cruciaux pour son avenir, mais fera-t-il les bons ? Il s’agit du premier tome d’une trilogie et je lirais les autres sans aucune hésitation pour connaître la suite des aventures de Danny.


Les personnages

Il y a dans ce roman une ribambelle de personnages, le clan des Irlandais (Les Murphy) et le clan des Italiens (Les Moretti). Amis puis ennemis, je n’ai pas vraiment aimé ses personnages qui ne sont bons qu’à faire couler le sang, décimer des familles tout ça pour montrer qu’ils sont les plus forts.

Mais dans le clan des Irlandais, il y a Danny. D’ailleurs, le récit est construit autour de lui. Avec Jimmy et Ned, ce sont les seuls personnages que j’ai aimés. Pourquoi ? Parce qu’ils ne tuent pas juste pour montrer aux autres qu’ils sont les meilleurs, ils sont honnêtes, loyaux envers leur famille et amis, même s’ils ont plusieurs fois l’occasion de sauver leur peaux plutôt que celle de leur clan.


La forme

J’ai découvert avec ce roman la plume de l’auteur et j’ai vraiment apprécié son style d’écriture, la façon d’intégrer au récit les pensées de Danny en particulier, ce qui apporte un plus a l’histoire. Il y a ce qu’il pense et ce qu’il fait, et parfois les deux sont diamétralement opposés. L’écriture est précise, efficace, les mots sont justes et contribuent à maintenir une ambiance pesante du début à la fin. Le suspense est lui aussi au rendez-vous dans cette interminable guerre des clans. Et puis à la fin du livre, je me suis dit que ça ne pouvait pas finir comme ça, quel dommage ! Jusqu’à ce que je me souvienne que ce livre est le premier tome d’une trilogie, et donc je vais pouvoir retrouver Danny dans d’autres aventures, et alors toute ma déception s’est envolée. Je reste donc sur une note très positive pour ce livre.


Le fond

On plonge avec ce roman dans les États-Unis des années 1980, avec une ambiance que j’imagine différente de celle d’aujourd’hui. On se retrouve mêlés à une affreuse guerre des clans, les Irlandais et les Italiens qui s’affrontent. J’ai apprécié ce contexte, j’ai lu très peu de livres traitant de ce sujet, et je trouve que celui-ci est parfaitement réussi. J’ai vraiment eu l’impression d’être revenue en arrière, et de vivre à travers une vitre les éléments. On se demande à chaque instant qui sera le prochain tué et de quelle manière, les morts n’arrêtant de pleuvoir, j’ai juste espéré très fort que mes personnages préférés n’en fassent pas partie. Suspense et frissons garantis avec ce livre, j’ai hâte de découvrir la suite.

LABYRINTHES

FRANCK THILLIEZ

Nombre de pages : 384Date de parution : 05 mai 2022Catégorie : Thriller

Note : 5 sur 5.

RÉSUMÉ

Un scène de pure folie dans un chalet. Une victime au visage réduit en bouillie à coups de tisonnier. Et une suspecte atteinte d’une étrange amnésie. Camille Nijinski, en charge de l’enquête, a besoin de comprendre cette subite perte de mémoire, mais le psychiatre avec lequel elle s’entretient a bien plus à lui apprendre. Car avant de tout oublier, sa patiente lui a confié son histoire. Une histoire longue et complexe. Sans doute la plus extraordinaire que Camille entendra de toute sa carrière.
« Tout d’abord, mademoiselle Nijinski, vous devez savoir qu’il y a cinq protagonistes. Toutes des femmes. Écrivez, c’est important : « la kidnappée », « la journaliste », « la romancière », « la psychiatre »… Et concentrez-vous, parce que cette histoire est un vrai labyrinthe où tout s’entremêle. La cinquième personne sera d’ailleurs le fil dans ce dédale et, j’en suis sûr, apportera les réponses à toutes vos questions. »


Avis général

Je n’ai pas encore lu tous les romans de Franck Thilliez, mais je n’ai pas été déçue par ceux que j’ai déjà lu. Alors quand son dernier est sorti, je n’ai pas hésité et je me suis fait ce petit plaisir de me l’offrir. Et bien qu’il soit totalement différent des aventures de Sharko que j’affectionne, j’ai adoré me plonger dans son labyrinthe infernal. On y suit l’histoire de 3 femmes les unes après les autres, cette construction est d’ailleurs très intéressante, car les récits avancent petit à petit. On se doute d’un lien entre elles, mais quel sera-t-il ? Je dois avouer que j’avais deviné une partie avant la fin, mais pas à ce point-là, quelle surprise. Je ne dirais pas qu’il y a dans ce livre un énorme suspense, mais on se pose beaucoup de questions, on essaye de comprendre les événements, deviner ce qu’il va se passer, retournement de cerveau garanti avec ce roman.


Les personnages

Dans ce roman, on va suivre la vie de 3 femmes les unes après les autres : Véra, Lysine et Julie. J’ai été touchée par ces femmes et leur histoire. J’ai eu peur pour elles, j’ai été triste, j’ai été en colère. Sans que les émotions soient d’une forte intensité, il y a eu des passages plus forts que d’autres. Le but est de comprendre ce qui peut relier ces 3 femmes qui vivent pourtant loin les unes des autres.


La forme

Comme son nom l’indique, ce livre est un vrai labyrinthe. L’auteur nous raconte à tour de rôle l’histoire de 3 femmes et j’ai trouvé cette construction vraiment très intéressante. On avance petit à petit dans l’intrigue et ceci permet de maintenir un peu de suspense au fil des récits. On change d’ambiance à chaque chapitre, des fois pesante, des fois plus légère en fonction des événements. Et il est difficile de lâcher le livre, car forcément, on veut savoir la suite à chaque fois. Donc on tourne les pages encore et encore jusqu’à la dernière, la salvatrice, car enfin, l’auteur nous livre la dernière pièce du puzzle, celle qu’il était impossible d’imaginer, un final de très haut niveau.


Le fond

Une journaliste, une psychiatre, une kidnappée, qu’est ce que c’est 3 femmes ont en commun ? Je crois que j’ai rarement vu un livre aussi machiavélique, et même si les histoires de ces 3 femmes pourraient paraitre banales, il y a derrière tout ça une véritable toile d’araignée tissée par l’auteur. À l’aide des indices qu’il, il va falloir comprendre et trouver enfin la porte de sortie de ce labyrinthe infernal. Le but est de ne pas de perdre, de comprendre les indices, mais la fin est impossible à deviner, je pense que tous les lecteurs seront surpris et ça c’est magique !

FERMER LES YEUX

ANTOINE RENAND

Nombre de pages : 464Date de parution : 12 mars 2020Catégorie : Thriller

Note : 5 sur 5.

RÉSUMÉ

Un enquêteur à la retraite, hanté par une erreur qu’il estime avoir commise quinze ans plus tôt.
Un jeune auteur, considéré comme le plus grand spécialiste français des tueurs en série.
Une brillante avocate, dévouée à la défense d’un homme victime, selon elle, d’une effroyable injustice.
Ensemble, ils devront débusquer le plus insaisissable des prédateurs.

Dans un village perché d’Ardèche, la petite Justine, sept ans, disparaît.
Rapidement, les habitants s’organisent et lancent des battues dans la nature environnante.
Les recherches se prolongent jusque tard dans la nuit mais ce n’est qu’au petit matin que le gendarme Tassi découvre quelque chose…


Avis général

J’avais déjà lu un livre de cet auteur, c’est donc assez sereine que j’ai commencé cette lecture. Je n’ai pas eu un vrai intérêt lors de la lecture des premiers chapitres où l’auteur nous présente les personnages, même si ça bouge pas mal, et puis d’un coup, tout s’est mis en route et j’ai porté toute mon attention à l’histoire, j’ai frissonné, j’étais impatiente, il fallait que les pages se tournent, que je sache. J’ai imaginé plein de scénarios, mais alors le final, là, je ne m’y attendais pas, j’ai totalement été manipulée, je le concède. Du suspense, de nombreux rebondissements, une ambiance pesante, j’ai retrouvé dans ce livre tout ce qui fait pour moi un bon thriller. Mais pour ne pas être que dans le sombre, on droit à une petite touche d’amour ahah. J’ai donc dévoré ce livre en quelques heures seulement, je peux le dire, j’ai kiffé grave.


Les personnages

Il y a pour moi deux personnages qui ressortent de cette histoire, et tout d’abord le gendarme Tassi. Cet ancien gendarme à la retraite à réussit à m’émouvoir, je me suis attachée à lui, je l’ai suivi à fond dans sa folle quête de la vérité. Il ne va rien lâcher quitte à mettre sa propre vie en danger, et je dois dire que je me suis facilement laissé attendrir, mais je n’en dirais pas plus, je garde la surprise.

Et puis dans un second temps, il y a Nathan que Dominique Tassi va réussir à entraîner dans son enquête. Il sera d’un grand soutien pour lui, un homme loyal et qui lui aussi veut démêler le vrai du faux, mais sans doute pas pour les mêmes raisons que Tassi. Lui aussi m’a beaucoup touchée, sauf au début où je l’ai trouvé froid et distant, il deviendra tout le contraire ensuite.


La forme

J’ai beaucoup aimé la construction générale du roman, la présentation des personnages, le contexte, le lieu, ce qui va nous permettre ensuite de nous plonger entièrement dans l’histoire sans trop se poser de questions. Et puis j’ai retrouvé la plume de l’auteur découverte dans le roman « L’empathie » qui m’avait déjà charmée et qui m’a conquise de nouveau. J’aime le fait d’être surprise sans arrêt, d’être sûre d’avoir compris pour en fait me rendre compte que je me suis laissée berner trop facilement. Il faut être vraiment tordu pour imaginer de telles histoires et arriver à manipuler les lecteurs de cette manière. C’est vraiment très réussi de la part de l’auteur, je suis littéralement fan de ses écrits et j’ai hâte de découvrir le dernier que je n’ai pas encore lu. Et s’il pouvait en écrire d’autres très vite, je serais au rendez-vous 🙂


Le fond

L’auteur nous entraîne avec ce livre dans une véritable toile d’araignée dont il va falloir tirer les bonnes ficelles pour essayer de comprendre. Un gendarme qui se sent encore coupable des années durant, une jeune fille qui disparaît, une avocate qui tente de faire sortir son client de prison qu’elle croit innocent, et un auteur qui va être mêlé à tout ça malgré lui. Pourquoi tous ces personnages vont devoir cohabiter dans l’enquête sur la disparition de la jeune fille. Je crois que je n’ai lu aucun livre qui puisse ressembler de près ou de loin à celui-ci tant l’intrigue est recherchée, peaufinée, entremêlée, à tel point qu’on se laisse convaincre par tous les personnages sans pouvoir démêler le vrai du faux. Bravo pour ce joli retournement de cerveau dans lequel j’ai littéralement plongé.

CINABRE

NICOLAS DRUART

Nombre de pages : 464Date de parution : 09 mars 2022Catégorie : Thriller

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Cinabre, c’est la couleur de l’hôtel le plus chic de Toulouse, étau de velours fréquenté par une clientèle fortunée. Un rouge minéral qui rappelle la couleur du sang.
L’hôtel Ferdinand fut le théâtre d’un quadruple homicide dans les années 1980. Son directeur, Eugène Ferdinand, y massacra sa famille avant d’être abattu par la police. Toute sa famille sauf Richard, petit dernier miraculé. C’est lui même qui décidera trente ans plus tard de rouvrir l’établissement… Mais on n’efface pas à coups de travaux monumentaux une réputation sulfureuse.
Les Rois de Pique sont six anciens camarades de promo qui ont fui l’hôpital pour se lancer en indépendants. Lorsque l’un d’eux disparaît après avoir soigné une cliente de l’hôtel Ferdinand, personne ne semble s’en émouvoir. Seul Elliot Akerman, infirmier sensible et sans concession, va partir à sa recherche.
Pendant ce temps, Toulouse vit sous la terreur d’un tueur qui attaque ses victimes au sabre. Est-il isolé ? Et qui doit se sentir menacé ? Pour le capitaine Aubert et son équipe, c’est le début d’un combat sans fin contre une hydre voilée par des nappes de sang.


Avis général

Je n’avais jamais lu de livre de cet auteur, et pour une fois, j’ai eu envie d’être « à la page » en lisant un roman qui venait de sortir, et j’ai été séduite pas la couverture et le résumé de celui-ci, ce qui m’a poussé à me plonger dedans, et surtout, ne plus vouloir en sortir. J’ai très vite été passionnée par l’histoire d’un hôtel mystérieux, l’Hôtel Ferdinand. Et c’est en suivant Eliott, un jeune infirmier que l’on va découvrir les rouages de cet hôtel, et surtout ses facettes les plus sombres à cause d’un directeur très particulier. L’ambiance est très pesante, le suspense plus que présent et surtout, de très belles surprises et des retournements de cerveau garantis ! Un final à la hauteur de l’histoire, j’ai vraiment passé un très bon moment avec ce livre. J’ai découvert et aimé la plume de l’auteur, et je me plongerai donc avec plaisir dans ses autres romans.


Les personnages

On découvre en premier lieu Eliott, un homme simple, mais un peu peureux, du moins c’est comme ça que je le vois. Je me suis laissé attendrir au début par lui, son histoire, et le fait qu’il parte à la recherche de son collègue « disparu ». Mais une fois rentré dans l’hôtel Ferdinand, Eliott va se métamorphoser et là, je n’ai plus ressenti aucune empathie pour lui, au contraire, j’ai fini par ne plus l’aimé lui et son comportement. Heureusement qu’il reste le capitaine Aubert, enfin surtout une partie de son équipe que j’ai appréciée. Car il est rare que je finisse par vraiment détester le personnage principale dans un roman.


La forme

J’ai découvert la plume de Nicolas avec ce roman et je dois dire que je suis tombée sous le charme. Ce roman est vraiment bien écrit, les mots posés sont justes, précis, et tout est fait pour maintenir une ambiance pesante et un suspense certain. Malgré le fait que j’ai entrecoupé cette lecture, à chaque fois que je m’y suis replongée, il n’a fallu que quelques lignes pour me retrouver à nouveau embarquée dans l’histoire. L’auteur sait parfaitement où il veut nous emmener, on y croit à fond, et boum, j’ai pris une claque, et si on s’était totalement trompé. C’est très bien joué, car quand on a l’impression d’arriver au bout, et bien non, on repart et encore plus fort. Et le final, juste génial, à aucun moment, je me suis douté de cette fin. Une belle découverte et surtout une très belle réussite pour l’auteur.


Le fond

Je me suis demandée en lisant le résumé, qu’est ce qu’un hôtel pouvait renfermer comme secret pour construire une histoire autour de lui. Et bien, c’est tout ce qu’on va devoir découvrir, et pour ce faire, on va suivre Eliott qui, fasciné par cet hôtel, va tout faire pour faire partie des privilégiés qui ont le droit de profiter de cet établissement, et surtout de côtoyer son énigmatique directeur. Mais si tout ça n’était qu’un rêve ? Qui sont ces mystérieux meurtriers qui veulent se faire justice seuls ? Et si Eliott le découvrait malheureusement à ses dépens ? Va-t-il pouvoir se sortir vivant des griffes de l’hôtel Ferdinand ? L’auteur nous embarque dans un autre monde, celui où tout est permi, ou presque.

VENGEANCES

BERNHARD AICHNER

Nombre de pages : 250Date de parution : 03 février 2016Catégorie : Thriller

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

A 24 ans, Brünhilde Blum, qui déteste ses parents adoptifs, décide qu’il est temps pour eux de mourir. Huit ans plus tard, elle mène une vie de famille heureuse avec Mark, policier. Quand il meurt dans un accident de la route suspect, Blum poursuit l’enquête qu’il menait sur cinq hommes ayant enlevé, violé et torturé des migrantes moldaves, bien décidée à le venger.


Avis général

Je me suis décidée à enfin vider ma PAL papier, et j’ai jeté mon dévolu sur ce livre qui était depuis déjà longtemps dans ma bibliothèque, et je dois dire que je n’ai pas été déçue, j’aurai d’ailleurs dû le faire bien avant. J’ai découvert Blum, un personnage très particulier de par sa personnalité et surtout ses actes. Des histoires de vengeance, il y en a des milliers, mais celle-ci ne ressemble à aucune autre. J’ai adoré l’ambiance pesante dans laquelle on se trouve, le suspense omniprésent, bien que, dans ce livre, on ne court pas vraiment à la recherche d’un assassin, c’est un peu différent et j’ai tout de même apprécié le concept. S’il y a un petit bémol à souligner, c’est que j’ai trouvé ça un peu « idyllique », presque trop facile, mais ça n’enlève en rien le charme de l’intrigue. J’ai dévoré ce livre en quelques heures seulement.


Les personnages

Je me suis attachée au personnage principal Blum malgré les actes qu’elle commet. C’est une femme blessée qui a besoin de mener sa vengeance pour garder la tête hors de l’eau et pouvoir s’occuper de sa famille. C’est une femme très intelligente.


La forme

Bien que ce soit un livre traduit, je ne l’ai absolument pas ressenti durant la lecture qui a été très agréable. Le style est simple mais efficace, fluide et sans fioriture. On retrouve bien sûr une bonne dose de suspense, mais aussi des émotions. J’avais l’impression d’être aux côtés de Blum et de réfléchir avec elle tant, j’ai été absorbée par l’histoire. J’ai lu ce livre en quelques heures seulement, je ne voulais pas m’arrêter avant de savoir si Blum allait réussir à accomplir sa vengeance. Malgré un sujet très utilisé, ce livre se démarque totalement des autres.


Le fond

Une histoire de vengeance, un sujet assez commun, mais l’auteur a su parfaitement concevoir son histoire pour rendre ce livre intéressant et surtout addictif, oui, c’est bien le mot qui convient. Cette femme en veut aux personnes qui ont changé le cours de sa vie, et pas pour du positif. Elle va donc faire en sorte de les retrouver et de les éliminer. Elle s’attend à tout, sauf à ce qu’elle va découvrir au cours de sa quête. J’avoue avoir eu un doute à un moment, mais que l’auteur a su faire taire pour m’emmener vers d’autres idées qui se sont révélées mauvaises aaaah ! Le seul petit bémol, c’est que j’ai trouvé que c’était parfois « un peu trop facile », j’aime quand il faut se faire de bons gros nœuds au cerveau.

LA MÉMOIRE DU TEMPS

FRANK LEDUC

Nombre de pages : 369Date de parution : 24 mars 2020Catégorie : Thriller

Note : 5 sur 5.

RÉSUMÉ

Et si votre subconscient vous jouait des tours ?
Un thriller surprenant sur la force de la mémoire et la transmission des secrets.
Alice est une brillante critique gastronomique parisienne, mariée à un écrivain célèbre et mère de famille épanouie, à qui tout semble sourire. Jusqu’au jour où, sans raison apparente, son corps commence à montrer des stigmates d’automutilation. Des marques progressives, apparaissant principalement durant son sommeil et allant jusqu’à des brûlures très importantes, qu’aucun médecin, psychiatre ou marabout ne semble pouvoir arrêter.
Lors d’une première séance de psychanalyse sous hypnose avec le professeur François Strootman, neuropsychiatre et sommité internationale aux méthodes parfois expéditives, Alice est victime d’un effroyable cauchemar : elle semble revivre le calvaire d’une adolescente allemande, Lisa, disparue dans des conditions étranges 80 ans plus tôt, dans une Allemagne sur le point de basculer dans la Seconde Guerre mondiale.
Qui est cette mystérieuse Lisa ? Alice n’en a aucune idée. Personne dans sa généalogie où ses souvenirs ne correspond à cette description. Alors, est-elle réelle ou imaginaire ? Quel secret la mémoire d’Alice lui cache-t-elle? Pourquoi son subconscient deviendrait-il hostile ?
C’est le point de départ d’une intrigue hors du commun, où les deux personnages verront basculer à de nombreuses reprises l’édifice de leurs certitudes !


Avis général

On m’a parlé de cet auteur que je ne connaissais pas lors du salon du livre de Lorris, on m’a expliqué que ces livres étaient « particuliers « , car on ne fait pas que suivre une intrigue, on apprend aussi beaucoup de chose. J’ai donc voulu voir par moi-même, j’ai choisi ce livre, car c’est celui qui de par sa couverture, m’a le plus donné envie. Et effectivement, j’ai vu ! Franchement, c’est juste dingue les recherches que l’auteur a dû faire pour son livre, tout est expliqué, détaillé, mais pour les besoins de l’intrigue. On pourrait s’ennuyer, mais ça ne fait que nous passionner un peu plus. J’ai passé un très bon moment avec ce roman en compagnie d’Alice qui pour soigner son présent, va devoir partir en quête de son passé, qui ne sera pas le plus réjouissant. Et en parallèle, il y a aussi le destin d’une jeune fille qui nous est raconté. Et on va devoir découvrir de quelle manière cette jeune fille peut être liée à Alice.


Les personnages

Alice est la personnage principale de ce livre, car c’est autour d’elle que va se construire l’intrigue. J’ai aimé cette femme attachante, qui cherche simplement à comprendre ce qu’il se passe dans sa vie. Et en parallèle, on va suivre la triste histoire d’une jeune fille, Lisa, juste avant la Seconde Guerre mondiale.

Ces deux personnages m’ont émue par leurs histoires difficiles et douloureuses, j’ai eu l’impression de vivre les choses avec elles, c’est sûrement pour ça que les émotions sont passées.


La forme

L’auteur nous propose un récit complet, une intrigue, une histoire en fil rouge, et surtout, on apprend plein de choses grâce à des recherches que j’imagine très poussées. Tout n’est pas que fiction, non dans celui-ci en tout cas, on apprend des choses sur le corps humain et son fonctionnement, et j’ai trouvé ça très intéressant. J’ai aussi apprécié la plume de l’auteur, simple mais efficace, les mots parfaitement choisis, le style est totalement maîtrisé. Ma lecture a été très rapide, fluide, agréable, les pages se tournent et j’étais triste d’arriver déjà à la fin. J’avais à un moment donné deviné quelques petites choses, mais dans l’ensemble, j’ai souvent été surprise, c’est appréciable pour maintenir le suspense.


Le fond

L’auteur nous propose dans ce livre de suivre Alice, une jeune femme qui pour guérir, va devoir comprendre son passé. Mais elle ne va pas utiliser les méthodes les plus simples, elle sera tout de même aidée par un professionnel. Et puis on découvre une partie de la vie de Lisa, qui se déroule un peu avant la Seconde Guerre mondiale. On se doute forcément que ces deux personnages sont liés, le but étant bien sur de découvrir pourquoi ?

UN FRÈRE DE TROP

SÉBASTIEN THEVENY

Nombre de pages : 463Date de parution : 19/10/2017Catégorie : Thriller

Note : 4 sur 5.

RÉSUMÉ

Eté 1986. Au large de la baie des Anges. Le fils aîné des Lacassagne, une riche famille d’investisseurs niçois, se noie lors d’une virée en mer en compagnie de son frère et sa sœur.
Eté 2016. Chaleur sur Nice. Le patriarche des Lacassagne, à l’aube de ses quatre-vingt ans décide de transmettre les rênes de son empire à ses enfants. Dans le même temps, il contracte un journaliste – écrivain public pour lui écrire ses mémoires. Laisser une trace sur papier de ses réussites. Mais les journalistes ont le fâcheux défaut d’être souvent trop curieux. Le loup est entré dans la bergerie…

30 ans après le drame, les vérités éclatent.
Les accidents sont-ils toujours fortuits ?


Avis général

Ayant déjà lu plusieurs livres de l’auteur, c’est en grande confiance que j’ai commencée cette lecture. J’y ai retrouvé la plume de l’auteur, avec son style reconnaissable. Oui, les romans de Sébastien ne me font pas trembler de peur, mais on y retrouve une ambiance particulière, une enquête toujours intéressante, mais sans scènes trash, des personnages attachants, du suspense quand même, mais surtout une histoire qui nous fait avoir des nœuds au cerveau. C’est cet ensemble qui donne tout leur charme au roman de cet auteur. Et celui-ci n’échappe pas à la règle, il est d’ailleurs le premier d’une série avec le personnage principal, le journaliste Jérôme Bastaro que j’ai d’ailleurs hâte de retrouver dans de nouvelles enquêtes. J’ai adoré plonger avec lui dans la famille des Lacassagne pour découvrir leurs secrets les plus terribles. Et je dois aussi souligner que j’ai apprécié que l’auteur intègre des événements qui se sont vraiment passés dans son récit, c’est un petit plus toujours agréable pour bien ancrer le roman dans le réel.


Les personnages

C’est tout d’abord le journaliste Jérôme Bastaro que l’on découvre dans le livre. C’est un personnage plutôt attachant, humain, réfléchi, intelligent et surtout très droit dans ses bottes. Ce qui est rare dans ce métier. J’ai vraiment apprécié suivre l’histoire à ses côtés.

Il y a ensuite son binôme, Colombe qui partage les mêmes valeurs que lui. À eux deux, ils vont devoir découvrir et mettre au grand jour les secrets d’une riche famille. J’ai vraiment apprécié le duo qu’ils forment, j’ai ressenti beaucoup de sympathie à leur égard.

Et pour finir, il ne faut pas oublier les différents membres de la famille Lacassagne. Je ne vais pas les évoquer un par un, il y en a certains qui m’ont déplus et d’autres qui m’ont plu. Mais à la fin, on se rend compte que les apparences sont souvent trompeuses et qu’on peut vite se méprendre sur l’intégrité des personnages.


La forme

J’ai beaucoup aimé retrouver la plume de Sébastien que j’avais déjà apprécié lors de la lecture de plusieurs de ses romans. Une écriture simple mais efficace pour une lecture fluide et agréable. Les changements d’époque ne m’ont pas dérangé, car bien maîtrisés, on fait des allers-retours dans le passé pour comprendre le présent. J’ai été surprise à de nombreuses reprises, sans vraiment que je m’y attende. J’ai lu ce livre en quelques heures tellement je me suis attachée aux personnages et surtout, j’avais envie autant qu’eux de découvrir ce qu’il s’est réellement passé en 1986 dans la famille Lacassagne. J’ai encore plus envie de découvrir la suite des aventures de Jérôme et Colombe.


Le fond

On trouve dans ce livre un sujet déjà pas mal répandu, les secrets que peut cacher une riche famille, mais il a parfaitement été maîtrisé par l’auteur dans celui-ci. Je n’ai pas eu cette impression de déjà vu, bien au contraire, Sébastien à su me surprendre à de nombreuses reprises. Il a d’ailleurs intégré des événements qui se sont passés au même moment que son intrigue, et j’aime cette façon d’être à fond dans le réel on pourrait vraiment croire à une histoire vraie. Un drame peut bouleverser tout l’avenir d’une famille, créer des non-dits et des secrets pires les uns que les autres. Chacun ayant des choses à cacher, on va devoir démêler le vrai du faux aux côtés de Jérôme et Colombe.